Les procédures pour l’octroi du “registration” aux nouveaux dentistes provoquent encore une fois des remous. Un candidat n’ayant pas réussi aux derniers examens écrits a en effet été appelé à participer à l’examen oral, ultime étape pour l’obtention du “registration”. Le nom de ce candidat ne figurait pas sur la liste affichée sur le “notice board” du Dental Council le 30 avril, et qui comportait les noms de ceux ayant réussi à l’écrit. Cette situation a engendré une incompréhension parmi d’autres candidats ayant échoué à cette épreuve. Une lettre réclamant des éclaircissements a été expédiée cette semaine au Dental Council et au ministère de la Santé, avec copie au leader de l’opposition, Paul Bérenger.
Les Dental Registration Examinations, selon la Dental Council Act, s’adressent à tous ceux qui font une demande de certificate of registration afin de pouvoir exercer dans le pays. Toutefois, il existe une dérogation  dans le cas de ceux ayant exercé pendant une période de pas moins de cinq ans d’une manière continuelle au moment de faire leur demande de “registration” au Dental Council, mais ces demandeurs doivent présenter des documents officiels attestant de cette expérience professionnelle.  
Rappelons aussi que le questionnaire est préparé par le National Board of Examinations of India, l’organisme indien étant aussi responsable de la correction des scripts, et ce tandis que le Mauritius Examinations Syndicate, lui, se charge de l’organisation de ces examens professionnels à la demande du Dental Council.
Les derniers Dental Registration Examinations ont eu lieu le 19 avril et 13 candidats y ont participé. Ces derniers ont pris connaissance des résultats une dizaine de jours après. Sept d’entre eux y ont réussi,  et leurs noms ont été affichés sur le “notice board” du Dental Council le 29 avril. C’est la première fois depuis l’entrée en vigueur de cet examen que le Dental Council obtient un taux de réussite aussi élevé. Pour y réussir, le candidat doit obtenir au moins 50% de “total pass mark”, soit l’équivalent de 120 points, ce qu’arrivaient difficilement à obtenir les candidats des précédents examens.  
Selon la procédure, ces sept dentistes ont participé à un examen oral, qui a eu lieu le 29 mai dernier, et qui est la dernière étape à franchir pour l’obtention du “registration”. Or, quel ne fut pas l’étonnement de ceux qui n’ont pu traverser l’épreuve écrite d’apprendre qu’une 8e personne a été appelée par le Dental Council à se présenter à cet examen oral. Selon nos recoupements d’informations, celle-ci a été informée de cette décision du Dental Council une semaine avant la tenue de l’examen. Elle a en fait été repêchée de justesse.
Les candidats ayant échoué à l’examen écrit ne comptent pas rester les bras croisés face ce qu’ils considèrent comme « un manque de transparence » s’agissant de cette décision du Dental Council d’inclure le nom de cette candidate ayant échoué à la liste des participants aux derniers examens oraux. « Sur quoi s’est basé le Dental Council pour ajouter le nom de cette personne ? Y aurait-il d’autres critères pour autoriser une personne à participer à cet examen et qui seraient à la discrétion du Dental Council ? » demandent-ils avec un ton d’amertume.    Après concertations, ils ont donc décidé d’écrire au Dental Council et au ministère de la Santé. Dans cette correspondance, ils font état du cas de cette personne « who failed her examination but who have been granted permission to sit for oral examinations » et demandent des « clarifications about selection procedures » .
Le Dr Joy Madhub, président du Dental Council, a confirmé au Mauricien qu’il y avait bien huit candidats au dernier examen oral, mais que sept dentistes y avaient réussi. Ces derniers ont obtenu leur « registration » avant-hier.  Interrogé au sujet de ce  cas de “registration” ayant provoqué le mécontentement dans certains milieux, le Dr Mandhub nous a donné les explications suivantes : « Pour réussir, il faut avoir au moins 120 points, ce qui est l’équivalent du 50% du “total pass mark”. Mais cette personne a obtenu 49,7%. Quand on a arrondi le chiffre, elle atteint la barre des 50%. »
Cette explication du Dental Council ne satisfait pas totalement les candidats qui doivent repasser l’examen écrit prévu au cours du mois de septembre prochain. Ils se demandent pourquoi l’organisme a attendu trois semaines après l’annonce officielle des résultats pour informer du repêchage de ce candidat. Par ailleurs, plusieurs de ceux qui sont passés par cet examen écrit font remarquer que le National Board Examinations of India n’envoie pas de “result slips”. « C’est le Dental Council qui nous informe si on a réussi ou pas. On n’a aucune correspondance de l’organisme indien alors que ce sont eux qui corrigent les scripts », lance un dentiste ayant participé à deux reprises à cet examen écrit, et qui vient d’obtenir son “registration”.