Tout semble indiquer que les membres de l’Electoral Supervisory Commission, qui se réuniront demain sous la présidence de Me Yousouf Aboobaker, Senior Counsel, devront se retrouver en présence d’une liste record de partis enregistrés pour le scrutin du 10 décembre. Déjà, à la mi-journée, plus d’une soixantaine de formations politiques étaient enregistrées, le nombre de 65 pour les élections générales du 5 mai 2010 étant dès lors menacé vu la queue dans le couloir menant au bureau du commissaire électoral, Irfan Rahman, au Max City Building. Comme déjà indiqué, les dirigeants de l’Alliance Lepep – soit ceux du MSM, du PMSD et du Muvman Liberater – se sont rendus hier après-midi à la Commission électorale pour les besoins d’enregistrement des trois partis politiques et de l’Alliance.
Des observateurs politiques s’interrogent sur la multiplication des partis à la veille du Nomination Day. Initialement, des doutes avaient été exprimés quant au fait que le nombre de partis et d’alliances politiques allait dépasser la barre de la cinquantaine. « Il est évident que tel n’allait être le cas à la clôture de l’exercice. C’est le prix de la démocratie », explique-t-on tout en essayant de comprendre ce qui peut pousser certains à s’y engager, même s’ils n’ont pas la maîtrise des procédures. Pour la seule journée d’hier, pas moins de 32 partis ont été enregistrés.
Ainsi, après l’alliance PTr/MMM en fin de matinée d’hier, c’était au tour de L’Alliance Lepep de se rendre dans les locaux de la Commission électorale dans le cadre de l’exercice d’enregistrement. La délégation de l’Alliance Lepep – constituée de Nando Bodha et Showkutally Soodhun pour le MSM, de Mamad Khodabaccus et Ramalingum Maistry pour le PMSD, et d’Anil Gayan et Eddy Boissezon pour le Muvman Liberater – s’est présentée vers 14 heures pour cet exercice en présence du commissaire électoral Irfan Rahman et de ses collaborateurs.?Dans une déclaration à la presse après ces formalités, Nando Bodha, secrétaire général du MSM, a fait comprendre que d’autres séances de travail sont prévues avec la commission électorale. « Dans les jours à venir, nous aurons des rencontres avec la commission électorale afin d’aborder plusieurs sujets, dont la couverture médiatique des législatives par la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) et le paysage des médias dans son ensemble. Il sera aussi question des conditions pour le déroulement du dépouillement des bulletins de vote. Pour l’heure l’Alliance Lepep affiche la sérénité et nous attendons le “code of conduct” afin que ces élections soient “free and fair” », a-t-il soutenu. Abordant la joute du 10 décembre, Nando Bodha ajoute : « C’est une alliance pour le peuple et avec le peuple. Le constat sur le terrain est qu’il y a un profond désir pour un véritable changement. C’est très symbolique. »?De son côté, Mamad Khodabaccus, le secrétaire général du PMSD, a expliqué qu’il y a un « besoin d’un grand nettoyage dans le pays ». Les dirigeants du Muvman Liberater ont pour leur part affiché leur fierté après avoir enregistré officiellement leur parti. Ils se sont présentés comme les « vrais militants » de ces élections générales à venir.
Par ailleurs, interrogé par la presse au sujet des incidents survenus à Nouvelle-France dans la soirée de mercredi, Nando Bodha a affirmé qu’au sein du MSM, « pena kiltir violans », ajoutant : « Ine fer sa kouma enn act terroris kalkile. Se enn signe de panik. »