Les élections pour le renouvellement du comité exécutif de la Government Secondary State Teachers’ Union (GSSTU), prévues ce samedi, ne seront pas tenues. Ainsi en a décidé le juge Abdool Razack Hajee Abdoula ce matin en chambre.
C’est en raison de l’absence sur la liste de candidats de deux membres, Vikash Ramdonee et Anand Mohun Heerasing, que le gel des élections a été décidé par le juge en chambre. Ce denier a émis un ordre d’injonction en ce sens à la suite d’une proposition formulée par le groupe dirigeant actuel, qui s’est engagé à maintenir le statu quo, en attendant que le juge ne tranche sur la motion logée par les deux contestataires.
Dans l’affidavit qu’ils ont juré pour soutenir leur motion, MM. Ramdonee et Heerasing rappellent que ces élections ont été fixées pour le samedi 29 mars 2014 au collège Queen Elizabeth. Selon les statuts du syndicat, qui existe depuis 1977, tout membre désirant siéger au sein du comité exécutif doit faire acte de candidature deux semaines avant l’assemblée générale.
Les deux plaignants affirment avoir soumis leur lettre de candidature à la poste le 14 mars. Aussi, ils se disent surpris que leurs noms n’aient pas figuré sur la liste de candidats. Ils soutiennent qu’en les évinçant, la direction du syndicat a violé leurs droits en tant que membres.
De plus, ajoutent Vikash Ramdonee et Anand Mohun Heerasing, les dirigeants ont bafoué les statuts du syndicat sur un autre point. En effet, les deux membres affirment que la publication de l’avis annonçant l’assemblée générale annuelle et la tenue des élections a été faite dans un seul quotidien au lieu de deux, comme stipulé.
Soulignons que l’action des deux membres insatisfaits était dirigée contre Soondiren Cothundramen, en sa capacité de secrétaire du syndicat. Le Registrar des Associations a été assigné comme co-défendeur.
Rappelons que le tandem contestataire critique, depuis quelque temps déjà, certaines décisions prises par les dirigeants du syndicat, qui a pour président Narendranath Gopee. Il lui reproche de négliger le secteur du secondaire, c’est-à-dire les enseignants des collèges d’État. MM. Ramdonee et Heerasing avancent que M. Gopee s’intéresse plus aux instituteurs et qu’il ignore plusieurs dossiers dont celui de l’alignement salarial.