La Federation of Civil Service and Other Union (FCSOU) a réuni la presse ce mercredi 9 mai, car ses membres se disent dans le flou sur la position de la PSEA concernant la suspension de trois enseignants du LCQB en début d’année.

« La PSEA konn bien ki se enn sispansion ilegal », a fait ressortir Narendra Gopee, syndicaliste, lors de la rencontre avec la presse. « Pou nou li kler ki ena enn konplo tre bien orkestre ant minister Ledikasion, PSEA ek Kolez Lorette Quatre-Bornes. Se enn bann rezon kifer management pe refiz repran sa trwa ansegnan-la ».

Le syndicat avait envoyé une lettre à la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun, déplorant la suspension « illégale » et « sans justification » des trois enseignants. Dans sa réponse, le ministère a soutenu que la décision de la Commission for Conciliation and Mediation (CCM) sera suivie. « Mo trouve ki minister pa an prezans tou bann informasion, e li pe konpletman deroute », estime le syndicaliste.

Les membres du syndicat réclament que la PSEA revoit ses responsabilités ainsi que sa position, et que la suspension soit levée dans les plus brefs délais. « La PSEA pa kapav enn ziz ek enn parti an mem tan. Management pou li sispann sa bann ansegnan-la, li finn baz li lor enn sirkiler ki PSEA inn avoye, et sa sirkiler-la li enn fos dokiman. Se enn extre rekomandasion PRB 1987 ki finn fini expire. Lorla pe servi sa kouma enn pretext pou met bann travayer deor e pe inpoz bann travay adisionel lor bann ensegnan ». 

Afin de faire entendre leurs voix, une manifestation est prévue le lundi 28 mai devant le LCQB.

Pour sa part, la direction du collège nous apprend que depuis la suspension des trois enseignants, trois autres nouveaux enseignants ont repris les postes respectifs. « Du côté des élèves, il n’y a pas de problème ». 

Pour rappel : L’affaire de registre de présence des élèves, qui provoque des relations conflictuelles depuis plusieurs mois entre le syndicat du personnel des collèges catholiques et le management de ces établissements, a conduit à la suspension de trois enseignantes du LCQB. La raison ? Ils ont décidé de suivre le mot d’ordre syndical de ne pas faire le “roll-call” à partir de cette année, car selon Lysie Ribot, présidente de Secondary and Preparatory School Teachers and Other Staff Union, cette tâche ne figure pas dans le “scheme of duties” des éducateurs recommandé par le PRB. Ce cas a été référé à la CCM par le syndicat.