L’Amity Institute of Higher Education, dont l’ancien ministre de l’Education, Armoogum Parsuramen est le président de l’Advisory Committee, se trouve actuellement en difficultés avec la non-reconduction de son enregistrement par la Tertiary Education Commission (TEC). Cet enregistrement de l’Amity University avec des Awarding Powers pour des diplômes universitaires et post-universitaires dans les filières des finances, de l’administration et de la comptabilité est arrivé à terme le 17 février dernier. Depuis, la TEC n’a pas encore pris de décision quant au sort à être réservé à cette institution engagée dans l’enseignement supérieur et les derniers développements ne semblent guère de bon augure surtout dans le sillage de la DY Patil Medical College Saga et de la décision du conseil des ministres pour un audit complet de ce pilier du projet en vue d’un Knowledge Hub.
Depuis deux semaines déjà, les quelque 400 étudiants inscrits dans les différents programmes d’études de l’Amity Institute of Higher Learning de même que les membres du personnel académique étaient dans l’expectative d’un renouvellement tacite de l’enregistrement de cette institution. Mais en fin de semaine, le Website du régulateur de l’enseignement supérieur à Maurice, la TEC, affiche une autre version des faits. L’étiquette « Registration expired on the 17 th February 2014 – Extension of Registration Under Consideration » est attribuée à l’Amity Institute of Higher Learning dans la liste des 56 Registered Private tertiary Education Providers in Mauritius.
Toutefois, le cas semble être davantage plus grave en consultant le dossier des “Institution Details” de l’Amity University. En effet, depuis le 10 janvier de cette année, l’accréditation de six des huit cours de cette institution tertiaire a expiré alors qu’un septième programme, soit celui menant à un Masters in Financial Investment, arrivera à échéance dans moins d’un mois, exactement le 4 avril prochain. Le seul cours autorisé par la TEC sera l’ACCA (Accounting) jusqu’au 5 février de l’année prochaine.
Depuis le 10 janvier de cette année, la direction de l’Amity University n’a pas été en mesure de convaincre les instances compétentes de la TEC de la justesse des programmes d’études en vue du renouvellement de l’enregistrement. La seule consolation demeure que la TEC concède une « Accreditation in Process » depuis cette même date, soit bientôt trois mois.
Des sources au sein de la TEC avancent que les programmes d’études présentés par cette université, installée au coeur même de la Cyber City d’Ebène, comporteraient de graves lacunes au niveau du Distant Learning s’apparentant à un exercice de Cut and Paste du Cursus d’autres institutions à l’étranger. La direction de l’Amity Institute of Higher Learning conteste ces allégations et soutient qu’avec un réseau d’institutions soeurs en Inde et dans d’autres pays, elle est en mesure de formuler des programmes d’études de niveau.
Devant les difficultés rencontrées par l’Amity Institute of Higher Learning pour le renouvellement de l’enregistrement, le Board of Investment aurait convoqué une Facilitation Meeting avec les représentants de la TEC en vue de trouver un terrain d’entente. Cette tentative de compromis n’aurait pas eu les effets escomptés vu que les officiels de la TEC confient en privé qu’ils ne comprennent pas la démarche du BOI dans la conjoncture. Ces discussions auraient eu lieu vers la fin de la semaine dernière.
Entre-temps, lors des délibérations d’une Accreditation Meeting de la TEC cette semaine, la décision aurait été prise à l’effet que l’Amity University ne serait pas en mesure de procéder à des exercices de recrutement d’étudiants jusqu’à nouvel ordre. Cette instance de la TEC ne voudrait nullement se retrouver dans la position de l’International Monitoring Committee, de novembre de l’année dernière et présidé par l’Executive Director de la TEC, le Pr Ashok Kumar Bakhshi, qui, malgré des manquements majeurs, a recommandé l’enregistrement du DY Patil Medical College pour une période exceptionnelle de trois ans au lieu d’une année comme il a été depuis 2009.
Les problèmes de l’Amity Institute of Higher Learning prennent le relais en attendant que les enquêtes de l’Independent Commission Against Corruption du Medical Council, du Fact Finding Committee de l’ex-juge Seetulsingh et du Central CID sur la DY Patil Medical College Saga soient conclues…