La Commission Éducation du MMM a tenu une conférence de presse, vendredi dernier. Le responsable de la commission, Steve Obeegadoo, a dressé la liste d’une série d’événements qui se sont produits dans l’enseignement supérieur depuis le début du mois d’août, notamment le limogeage de l’ex-vice-chancelier (VC) de l’Université de Maurice (UoM) et l’affaire de la EIILM University. Lors de sa conférence de presse, il a également réclamé la recomposition immédiate des conseils d’administration de la Tertiary Education Commission (TEC) et de l’UoM et la démission de Rajesh Jeetah, ministre de l’Enseignement supérieur.
Pour Steve Obeegadoo, «en enn mois ek trois semaines, se tout enn sekter kinn vir anba lao.» L’UoM a été déstabilisé, dit-il, par le départ de Ramesh Rughooputh en tant que VC. Sa remplaçante qui assure l’intérim, Romeela Mohee, serait donc la 7e VC de l’UoM en 4 ans seulement. Il déplore le fait qu’aucune raison n’a encore été donnée pour le limogeage de Ramesh Rughooputh. Par ailleurs, commentant sur la EIILM University, il soulève le fait que la University Grants Commission (UGC) de l’Inde a affirmé qu’elle n’a pas autorisé la mise sur pied d’une université offshore. Alors qu’»une série d’interpellations parlementaires depuis fin 2007, le ministre a à chaque fois affirmé qu’il n’y avait aucun problème», indique Steve Obeegadoo, avant de poser la question «est-ce que le ministre Jeetah a sciemment induit le Parlement en erreur?»
Concernant la branche mauricienne de la Wolverhampton University, qui a comme Trustee le ministre de l’Enseignement supérieur, Steve Obeegadoo est d’avis que c’est une situation qui résulte de l’échec de la TEC qui, en tant que régulatrice, n’a pas su s’assurer de la qualité de l’enseignement supérieur. Steven Obeegadoo a mis fin à la conférence de presse en questionnant la conformité des universités de Wolverhampton et de la EIILM avec la TEC Act, citant la section 12B de cette loi stipulant que «No centre or branch campus of an overseas institution shall include the name of that institution as part of its name unless the centre or branch campus is established by that overseas institution.» Pour Steve Obeegadoo, si ces universités sont gérées et opèrent sous une compagnie locale dont le CEO est un membre de la famille Jeetah, elles seraient dans l’illégalité.
Ainsi, le responsable de la Commission Éducation du MMM lance: «Face à tout ce chamboulement qui a eu lieu depuis août, on exige la démission immédiate du ministre de l’enseignement supérieur.» Par ailleurs, Steve Obeegadoo a dévoilé que Rajesh Jeetah suivrait actuellement un cours de LL.B à la Wolver-hampton University, et qu’il y aurait d’autres membres de la famille Jeetah qui auraient reçu des MBA avec distinction décernée par cette même université. Pour Steve Obeegadoo, tout n’est qu’une histoire d’éthique, de transparence et de crédibilité.