Les sanctions continuent à pleuvoir au sein de la Tertiary Education Commission. La dernière en date est la décision entérinée par une réunion d’urgence du conseil d’administration, dont le président est Eric Ng Ping Cheung, en vue d’interdire séance tenante de fonctions Saabir Kasenally, techniquement le N° 2 de l’institution régulatrice de l’enseignement supérieur.
Saabir Kasenally, qui occupe les fonctions de Head of Administration Division de la TEC, fait face à des accusations de Gross Misconduct. C’est ce qu’annonce un communiqué officiel posté sur le site internet de l’organisme aussitôt la réunion du Board terminée. La TEC annonce que des procédures disciplinaires sont prévues contre celui qui avait assuré la suppléance avant la nomination du Dr Ashok Kumar Bakhshi en tant qu’Executive Director.
La TEC prend également le soin d’ajouter officiellement que « the public is hereby informed that M. Kasenally is not authorised to represent the Commission in any capacity till further notice ». Très peu de renseignements ont transpiré quant à la nature du Gross Misconduct reproché à Saabir Kasenally. Il est un fait que les relations entre le Head of Administration et le directeur exécutif de la TEC n’ont jamais été au beau fixe. Les tentatives d’entrer en contact avec le principal concerné depuis la mi-journée hier ont été vaines.
La suspension d’hier n’est pas la première sanction infligée par le Board de la TEC à Saabir Kasenally. À la mi-juillet, il avait été destitué de ses responsabilités de secrétaire du Board. Le contrat pour ces services a été adjugé à une firme privée suite à un exercice d’appel d’offres. La SIT Corporate and Secretarial Services Ltd, qui a pris ses fonctions avec la réunion du conseil d’administration d’hier, a eu pour première mission de consigner les Minutes of Proceedings pour la suspension du précédent secrétaire du Board…