— Un bureau dédié au marketing et aux relations publiques bientôt lancé.

Une somme de Rs 2 millions, soit un seed money, est mise de côté par l’Université de Technologie de Maurice (UTM) dans sa quête de promouvoir la recherche. Cette somme pourra financer 20 projets de Rs 100 000 pour un démarrage. L’institution, qui sera bientôt dirigée par un directeur général étranger, passe ainsi à une étape supérieure dans ce domaine. Son infrastructure s’améliore et le récent rapport de la Tertiary Education Commission (TEC), qui avait secoué l’institution avec 29 recommandations, a été un réveil pour elle. À ce jour, l’UTM a réalisé 25 des 29 recommandations du rapport.

« Cette somme de Rs 2 millions nous servira à promouvoir la recherche. On pourra réaliser de petits projets pour un début. Il faut créer cet engouement pour la recherche. Et en même temps, nous améliorons notre politique », soutient Kiran Bhujun, Officer-in-Charge de l’UTM au Mauricien. Selon lui, auparavant, les titulaires d’un doctorat recevaient Rs 80 000 pour présenter une communication lors d’une conférence à l’étranger. Cette mesure s’applique aussi aux doctorants qui reçoivent la même somme.

« Il faut faire de la recherche pour qu’il y ait de l’innovation », dit-il avant la commercialisation d’un produit. Selon lui, certaines recherches peuvent prendre dix ans sans donner des résultats. Mais pour lui, cela ne doit pas être une raison de ne pas financer la recherche. « La base doit être soutenue », dit-il. Et d’ajouter que la promotion de la recherche est importante. Kiran Bhujun se réjouit qu’une équipe de doctorants à l’UTM ait reçu un prix sur un projet qui concerne les PME.

Une Research and Monitoring Unit verra bientôt le jour à l’UTM et concernera tous les étudiants qui font leur MPhil/PhD et s’engagent dans des projets de recherche. Ce département s’occupera également de l’aspect commercial des projets en vue de créer une synergie. Une unité PRO/Marketing sera bientôt mise sur pied et un officiel sera recruté pour voir tout l’aspect marketing et communication. Un Graphic Designer sera aussi recruté pour les artworks de l’UTM.

La gratuité de l’éducation n’est pas un manque à gagner pour l’UTM. Selon Kiran Bhujun, la TEC fait le transfert de fonds du ministère de l’Éducation à l’UTM pour tous les étudiants qui ont obtenu un siège pour leur premier diplôme. « Si l’étudiant devait payer Rs 22 900 pour son premier semestre, cette somme nous est envoyée par la TEC. Donc, nous n’avons pas de manque à gagner », explique-t-il. Par ailleurs, il fait ressortir que le dernier rapport de la TEC sur l’UTM avait souligné que celle-ci ne reçoit pas un budget suffisant de la part du gouvernement central. « Le rapport souhaite que la direction et le board discutent avec le parent ministry et le ministère des Finances pour augmenter cette grant qui est de Rs 35 millions en ce moment alors que notre budget est de Rs 240 millions », dit-il.

Une des mesures annoncées dans le budget concerne le déplacement de l’UTM à Côte-d’Or. Cette mesure est une « opportunité », selon Kiran Bhujun, car les étudiants auront accès au complexe sportif de la région. Il fait part que des discussions préliminaires ont déjà débuté au niveau du conseil d’administration et du ministère de l’Éducation. Le sujet a été à nouveau discuté lors de la rencontre du board ce jeudi. « On pourra offrir des cours liés à ce complexe sportif. On pourra offrir des cours en coaching, en sports management. Plusieurs aspects se développeront », prévoit-il.
Alors que ce projet pourra se réaliser dans trois ans, Kiran Bhujun note que des travaux d’infrastructures se poursuivront à l’UTM. Il dit qu’un award pour l’installation d’alarmes anti-incendie a déjà été offerte, et qu’un award pour l’installation de rampes et la rénovation du bâtiment MITD à côté de l’UTM sera bientôt offerte. Un embellissement de l’espace est aussi à l’agenda de l’UTM.


Deux journées portes ouvertes pour les futurs étudiants
L’Open Day de l’UTM s’est déroulé en cette fin de semaine. Durant ces deux jours, les futurs étudiants ont et l’occasion de découvrir plus de 60 cours offerts à plein-temps et à temps partiel dans les quatre différentes écoles de l’institution. Les cours débuteront le 12 août et l’innovation de cette année est la possibilité pour l’étudiant de postuler pour ces cours en ligne.

« C’est notre deuxième journée portes ouvertes cette année. La première a eu lieu en février, soit juste après les résultats du Higher School Certificate. Nous avons la chance d’avoir deux recrutements chaque année. Cela permet aux élèves qui ont terminé leur HSC d’entrer de plain-pied à l’université en mars. Il y a ceux qui prennent une pause et commencent leurs cours en août », souligne l’Officer-in-Charge. Selon Kiran Bhujun, l’université accueille d’habitude environ 500 étudiants en mars et en août. Le fait que l’éducation supérieure soit gratuite, il sera difficile de pouvoir prévoir le nombre d’étudiants qui intégreront l’université en août. « C’est un test case pour nous afin de savoir quel est le nombre d’étudiants que nous aurons », dit-il.

Concernant les frais d’études après la gratuité offerte à ceux qui font un diplôme pour la première fois, l’UTM a établi des frais administratifs à Rs 3 700 et Rs 200 pour les frais de l’Union des Étudiants. « Nos frais sont inférieurs aux autres », dit-il. Le conseil d’administration de l’UTM a réalisé qu’il y avait trop de dépenses à cause des third-party agreements. À cause de cela, des frais doivent être payés par l’UTM pour les étudiants qui partent dans d’autres institutions. Pour chaque étudiant, l’UTM doit débourser un minimum de Rs 10 000. « Nous devons trouver un moyen de récupérer ce coût. Car cette somme ne fait pas partie de la mesure de l’éducation gratuite ni des frais administratifs », dit-il.