Avec les dessous de la DY Patil Medical College Saga exposés au grand jour, le Management de la Tertiary Education Commission (TEC) semble se réveiller par rapport à la gestion des facultés de médecine à Maurice aussi bien qu’au rôle de l’University of Technology Mauritius en tant qu’Awarding Body pour des cours aussi spécialisés que la médecine. Des escouades comprenant des officiels de la TEC ont été constituées en vue d’effectuer des descentes des lieux dans d’autres instituts supérieurs engagés dans l’enseignement de la médecine à Maurice en vue de vérifier la qualité de l’infrastructure, la compétence du personnel académique de même que d’autres aspects fondamentaux du Clinical Framework Agreement. Entretemps, près une première séance de travail vendredi dernier entre les membres du Fact Finding Committee sur le DY Patil Medical College, par la TEC, il faudra attendre le retour à Maurice du président, l’ancien juge de la Cour suprême Dhiraj Seetulsingh, pour prendre connaissance de la suite des événements.
Avec la visite effectuée en début de semaine à l’Anna Medical College, utilisant les facilités médicales disponibles à l’hôpital de Flacq, le Board de la TEC devra être en présence d’un premier rapport intérimaire en vue de remédier aux lacunes avant qu’il ne soit trop tard ou encore que l’effet de contagion ne devienne incontrôlable. Mais la principale préoccupation concerne la couverture en tant qu’Awarding Body assurée par l’University of Technology Mauritius pour l’octroi de diplômes universitaires en médecine (First Degree) pour l’Anna Medical College ou post-universitaires pour le DY Patil Medical College.
Le lièvre a été levé dans le rapport de l’Education Committee du Medical Council en janvier dernier où il était fait mention que l’University of Technology Mauritius n’est reconnue par aucune des autorités internationales, dont l’agence spécialisée de l’Organisation mondiale de la santé. Ensuite, cette même instance de l’Ordre des Médecins à Maurice s’interroge sur la compétence de l’University of  Technology Mauritius à valider des diplômes alloués soit par le DY Patil Medical College soit par l’Anna Medical College vu que cette institution tertiaire publique n’est pas dotée d’une faculté de médecine appropriée.
Awarding Body
D’autre part, contrairement à ce que stipule le Memorandum of Understanding signé entre le DY Patil Medical College et l’University of Technology Mauritius, cette dernière institution n’a effectué aucun exercice de contrôle de Quality Assurance sur les cours prodigués à l’hôpital Jawaharlal Nehru. La situation à l’Anna Medical College de Flacq ne semble guère différente. L’équipe de la TEC, comprenant un spécialiste en enseignement médical, un Quality Assurance Officer et un Programme Officer, a établi une série de manquements lors de cette inspection. Néanmoins, la véritable question qui attend d’être élucidée concerne la durée des cours à l’Anna Medical College pour les undergraduates.
Exceptionnellement, un aspirant médecin inscrit à l’Anna Medical College peut prétendre à son diplôme de MBBS après quatre ans et demi d’études alors que dans d’autres, notamment à l’Université de Maurice, la formation dure cinq ans. À la TEC, l’on se réveille à l’idée qu’il y a un urgent besoin d’uniformiser et d’harmoniser cet élément fondamental des études en médecine et que toute la question d’Awarding Body pour les diplômes universitaires, comme celui de l’University of Technology Mauritius, demande à être revue à la lumière des constats effectués au niveau de la TEC par le truchement des conclusions de l’International Monitoring Committee ou encore des évaluations du Medical Council.
À la TEC, l’on se garde de faire des commentaires suite à la dernière visite effectuée à l’Anna Medical College vu que les observations du Fact Finding Committee pourraient servir de tremplin pour un overhauling d’au moins ce segment de l’enseignement tertiaire. Le comité Seetulsingh a eu une première séance de travail vendredi dernier suite à la nomination des trois membres par le Board de la TEC.
Toutefois, très peu de renseignements ont transpiré quant à l’évolution de cette enquête vu que Dhiraj Seetulsingh se trouve actuellement en Europe. De ce fait, certains milieux autorisés se demandent si le délai de 15 jours pour la soumission du rapport à la TEC sera respecté. Des questions se posent également quant à la composition du Fact Finding Committee vu que l’un des trois membres, le Dr Abdool, assumait les fonctions de Director of Health Services durant les années où le DY Patil Medical College allait démarrer ses activités avec le concours du ministère de la Santé.