JACQUES DINAN

 Quotidiennement, une publicité à la radio nous vante les mérites d’un produit ou d’un service en nous assurant qu’il est le « Numéro ‘Une’ » !

Il faut savoir qu’en toutes circonstances, on doit dire « Numéro Un ». En effet, « un » est un adjectif numéral qui s’accorde avec « numéro » qui est masculin.

C’est ainsi, par exemple, qu’une entreprise pourrait être qualifiée « … d’entreprise numéro un, au niveau mondial ».

L’auteur de cette publicité radiophonique pourrait se défendre en disant que la faute est volontaire ! La faute flagrante retiendrait l’attention de l’auditeur et aiderait celui-ci à se souvenir de la publicité – une sorte de mnémotechnique !

Quel résultat ? Est-ce réussi ? La faute est si évidente qu’elle imprègne l’ensemble de notre mémoire. Elle retient toute notre attention. Au lieu de nous souvenir de la publicité, nous nous souvenons de la faute ! Le nom du produit ou du service passe au second plan. Notre mémoire fait alors défaut ! C’est raté !

Au lieu de retenir l’essentiel, nous ne retenons alors que le détail. Difficile d’être ainsi « Numéro Un ».