La magistrate Ida Dookhy-Rambarun, siégeant en Cour intermédiaire, a abandonné les charges contre un chauffeur de taxi accusé d’avoir été le complice d’un vol avec circonstances aggravantes. Ce dernier était poursuivi en cour intermédiaire sous trois chefs d’accusations, à savoir entente délictueuse, complicité et possession d’objets volés. Il avait plaidé non-coupable.
Il était reproché à l’accusé d’avoir comploté avec un autre homme pour le cambriolage du domicile d’un individu à Pailles. Le délit avait été commis le 7 juin 2008. L’accusé avait transporté le cambrioleur dans son taxi au domicile de la victime. Selon la poursuite, il a ensuite raccompagné le cambrioleur, qui avait un coffre-fort en sa possession, volé au domicile de la victime. L’accusé devait nier les charges portées contre lui, affirmant que le jour des faits il exerçait ses fonctions de chauffeur de taxi et avait accepté d’emmener le cambrioleur à Pailles contre paiement. Il a soutenu qu’il ne savait pas où devait aller le cambrioleur mais qu’après qu’il eut effectué une autre course, ce dernier l’avait appelé pour venir le chercher. Selon l’accusé, le cambrioleur n’avait pas de coffre-fort avec lui, et comme ses vêtements étaient tachés de sang, dans un premier temps il devait refuser de le transporter. Cependant, menacé par le voleur, qui avait un couteau, il avait accepté de le transporter jusqu’à l’endroit indiqué, craignant pour sa vie.
Pour la magistrate, il n’y avait pas assez de preuves concordantes pouvant impliquer l’accusé dans cette affaire. Elle a relevé que le témoin clé de la poursuite, le cambrioleur en question, avait fait comprendre qu’il ne se souvenait plus des événements et devait maintenir qu’il n’avait plus aucun souvenir malgré qu’on lui eût rafraîchi la mémoire. La magistrate a ainsi décidé d’abandonner les charges contre l’accusé.