S’imposer d’entrée au Champ de Mars n’est pas donné à tout jockey. D’ailleurs, ils ne sont pas nombreux à l’avoir fait, mais Raymond Danielson fait désormais partie de ce club très sélect. Le Sud-Africain de 31 ans, qui n’a posé ses bagages que mercredi soir dernier dans l’île, ne s’est accordé aucun round d’observation en se distinguant dès sa deuxième monte par l’entremise de Sunset Breeze. Il devait remettre ça quelques minutes plus tard avec Olympic Bolt pour s’offrir un beau doublé dès sa première réunion sur notre hippodrome. Du côté de l’état-major de l’entraînement Perdrau, on se réjouit de pouvoir compter sur une cravache aussi efficace et on voit désormais la suite des événements avec sérénité.
 « It’s nice to start by a win and two wins it’s just a bonus », déclare d’entrée de jeu le Sud-Africain. « I came to the races to learn the track and got some experience but at the end of the day, it turned out to be a very good start », confie-t-il, visiblement très satisfait de cette première journée. « I knew I’m riding for a good trainer but given the fact that it was my first day, it was difficult to predict the outcome », explique-t-il.
Pourtant, cela ne lui a pris que deux montes pour remporter sa première victoire au Champ de Mars. En effet, après un parcours qu’on qualifierait volontiers de « reconnaissance » avec Castle dans la deuxième épreuve, voilà le Sud-Africain dans la winner’s enclosure grâce à Sunset Breeze dans l’épreuve suivante. « It was quite a straightforward ride. He was drawn one and that helped him to be up there all the time. There wasn’t a lot of pace in the race. I didn’t want to go on the outside round the last bend, so I sat second and in the home straight he quickened brilliantly all the way to the line. » En ce qu’il s’agit de sa non-utilisation de la cravache, elle trouve son explication dans le fait que « Sunset Breeze doesn’t like the stick. »
À peine a-t-il eu le temps de célébrer sa première victoire au Champ de Mars que notre interlocuteur se retrouva dans la winner’s enclosure pour la deuxième grâce à l’outsider Olympic Bolt. Ce coursier avait certes progressé sur sa première course, mais peu nombreux étaient ceux qui pouvaient prédire qu’il surclasserait le champ samedi dernier. Même son jockey ne s’attendait pas à une victoire aussi éclatante.
« We knew he is a nice horse but we thought that he would probably need another run to reach his peak. He dropped the bit down the road that’s why I had to put him under pressure. But coming in the straight he quickened beautifully. Given the fact that the front horses were stopping, it made his task easier. »
« The further he goes the better it will be »
Même si à ce stade il ne peut se prononcer sur le programme d’Olympic Bolt, Raymond Danielson est d’avis que ce cheval devrait avoir son lot de victoires à Maurice. « He definitely needs more ground and the further he goes the better it will be », estime-t-il.
Yannick Perdrau, de son côté, trouve que le fait de n’avoir pas couru la Duchesse a peut-être tourné à l’avantage d’Olympic Bolt. « Il s’était blessé deux semaines avant cette course », se souvient l’assistant-entraîneur. « Le fait aussi de n’avoir pas couru depuis un an l’a amplement aidé car cela lui a permis de bénéficier de trois points au niveau de son rating. Tous ces facteurs font qu’il s’est retrouvé dans une classe nettement à sa portée. Sa première course lui a fait un bien énorme. Je pense que sur 1600m à monter, il sera définitivement un très bon cheval. »
Le fils d’Alain Perdrau n’a, par ailleurs, pas manqué de faire l’éloge de son nouveau cavalier. « C’est un jockey très talentueux. Il sent bien comment les choses se passent et ça, c’est un avantage certain. C’est grâce au concours de quelques amis à nous en Afrique du Sud, dont Derek Hip, que nous avons porté notre choix sur Raymond. J’espère que notre association sera fructueuse. »