Chandradutt Daby vise haut dès sa première saison en tant qu’entraîneur. Deux succès sur huit entrées pour les cinq premières journées lui donnent un pourcentage de réussite de 25%, ce qui n’est pas mal du tout compte tenu de la sévère compétition qui prévaut en ce moment. Mais, lui, il en veut plus…
Les déceptions, si on peut les appeler ainsi, sont venues d’Emaar et d’Answeringenesis lors des deuxième et quatrième journées. Ce dernier n’est plus désormais invaincu à Maurice. Mais après mûres réflexions, l’entraîneur a trouvé que l’état de la piste a peut-être joué contre son sprinter.
« L’état de la piste n’était pas bon. Answeringenesis a fait ce qu’il a pu, mais a dû courber l’échine. Si le terrain était meilleur, le résultat aurait pu être différent. Emaar avait, à mon avis, progressé par rapport à 2016. Mais il se peut qu’il ait attaqué un peu trop tôt, ce qui a fait qu’il lui a manqué le petit plus nécessaire pour faire la différence. »
À la question de savoir s’il n’est pas trop exigeant envers lui-même ou ses chevaux, Chandradutt Daby dira qu’il est un gagnant et que c’est tout à fait normal de croire en la victoire quand on fait le nécessaire pour amener un cheval à un bon niveau.
Quand on lui parle de la fin de course désastreuse de League Of Legends, il estime que son cheval aurait dû se retrouver en tête plus tôt qu’il ne l’avait été. Il souligne que League Of Legends est resté pendant trop longtemps à l’extérieur avant de se porter en tête. Ce qui fait qu’il s’est dépensé prématurément et n’avait plus de jus par la suite.
L’effectif de Chandradutt Daby est surtout composé de nouvelles unités. On a aussi vu Shreya’s Star en action lors de la deuxième journée. « Il n’a pas réalisé une mauvaise course compte tenu qu’il s’est retrouvé en troisième épaisseur et a perdu un fer en course. La piste n’était pas en sa faveur et il s’est retrouvé à environ cinq longueurs du vainqueur. Je ne peux qu’être optimiste pour l’avenir. Il a bien pris sa course et on devrait le revoir dans trois semaines. »
Les autres nouveaux se préparent activement en vue de leurs débuts, mais l’entraîneur ne veut pas brusquer les choses. « Je leur donne tout le temps nécessaire pour s’acclimater et se préparer. Il y en a qui sont prêts pour débuter. Je viens d’accueillir deux nouveaux, Rogue Runner et Starsky. D’autres arrivées sont prévues et je dois souligner que nous avons effectué une acquisition pour éventuellement participer au Maiden. Il s’agit de Kingmambo’s Legacy, un 5-ans vainqueur de 5 courses et qui a couru jusqu’à 3200m. »
12 galops pour Greatfiveeight
Gagner d’entrée avec une nouvelle unité n’est pas donné à tout le monde. Mais le jeune entraîneur semble avoir bien cerné les rouages. Il a tout de même tenu à pointer du doigt la tactique de certains. « Greatfiveeight a été bien préparé. J’ai comptabilisé pas moins de 12 galops dont deux fois sur deux tours. Pour moi, il était suffisamment prêt pour débuter. Je lui avais accordé une bonne chance et il l’a emporté. Mais le déroulement de la course m’est resté en travers de la gorge. Je ne comprends pas pourquoi certains font tout pour nuire aux chances d’un adversaire et, par la même occasion, gâcher l’occasion de faire une bonne course. Greatfiveeight est même retourné avec une blessure à un postérieur. Cela n’est heureusement pas trop grave, mais il aurait pu avoir le tendon sectionné. »
Pour ce qui est de l’engagement d’une cravache, rien n’a été décidé pour le moment. « J’avais l’intention de signer un jockey étranger, mais cela n’a pas été possible. Je fais pour le moment confiance à Jeanot Bardottier, avec lequel je m’entends bien. Certes, il peut faire des erreurs, mais il a tendance à les corriger et j’espère qu’il s’améliorera davantage. »
La suite de la compétition dans tout cela ? « Je suis serein mais j’estime que tout sera plus difficile au fil de la saison. Je trouve que les victoires ont été partagées et que ce n’est pas un entraîneur qui domine tout sur son passage. Il faut aussi avoir les outils pour bien faire. Il faut également savoir choisir les engagements. Donc, en ce qui me concerne, si les nouvelles unités parvenaient à ramener une victoire chacune, je serais satisfait de ma saison. »
Ce qui fait qu’il y a sans doute une dizaine de victoires qui sont encore possibles. Ce qui ne serait pas mal pour un début.