Après un début timide, Gilbert Rousset domine ce début de saison. 10 victoires, 13 placés et seulement 7 non-placés sur 30 entrées. Ce qui lui donne un taux de réussite de 30% et Rs 2 189 500 en termes de prix. Peut-on penser que cet entraîneur va tout écraser sur son passage ? La réponse est non. Rien n’est joué et notre interlocuteur estime, même avec ce résultat très flatteur, que la compétition sera plus dure d’ici à fin mai.
Gilbert Rousset ne s’attendait pas à ramener autant de victoires après cinq journées. Certes, il accepte que son établissement a l’habitude de démarrer lentement avant de trouver sa vitesse de croisière. « La saison a débuté le 25 mars et on sait que la pluie joue souvent les trouble-fête et que l’entraînement est perturbé. Pour notre part, nous avions estimé que les résultats viendraient après trois journées. 10 victoires, c’est flatteur. Mais force est de reconnaître qu’il n’y a pas eu une forte opposition, justement en raison des conditions exécrables. Imaginez-vous qu’en cinq journées nous avons eu droit à quatre avec une piste molle à 3 unités. Il y a beaucoup de chevaux qui n’ont pas aimé ce genre de terrain. Mais d’ici à mai, beaucoup de choses vont changer. »
L’entraîneur est aussi d’avis que l’apport de Brandon Lerena est pour beaucoup dans ces succès. « Il s’est bien acclimaté aux conditions et à nos chevaux. C’est un jockey qui monte intelligemment. Il a la tête bien sur les épaules, que ce soit en course ou hors du Champ de Mars. C’est un jockey idéal pour Maurice. Ici, on ne lui met pas la pression et toutes les conditions sont réunies pour qu’il donne le meilleur de lui-même. »
Le courant passe donc très bien entre l’entraîneur et son jockey. Et il y a aussi Nishal Teeha qui est d’un grand apport au niveau de l’entraînement. C’est un bosseur, celui qui a beaucoup fait durant l’intersaison et qui se donne corps et âme tous les jours, que ce soit à Port-Louis et au centre Guy Desmarais. « Nishal Teeha est quelqu’un qui nous est d’une grande aide. Il a retrouvé son poids de forme et peut remonter en course. Deux victoires, c’est également un score flatteur en ce début de saison. Mais elles sont méritées dans le sens où il bosse dur. »
Count Henry, un très bon deal
La cinquième journée a été marquée par les débuts tonitruants de Count Henry, un cheval de trois ans qui n’avait couru que deux fois en Afrique du Sud, mais qui était toujours un maiden. Au final, pas moins de 5 longueurs l’ont séparé de son poursuivant le plus proche à l’arrivée. Certains n’ont pas hésité à déclarer haut et fort que Count Henry est un crack en devenir.
« Count Henry nous a bluffés. C’est notre première nouvelle unité à remporter une course. C’est un cheval avec lequel il a fallu être patient. Il a été difficile à entraîner. Nous avons pu trouver la solution en mettant un cheval derrière lui. Lors de son barrier trial, il avait raté sa mise en action. C’est pourquoi on lui a fait faire un second essai mardi dernier. Il faut le revoir. Il se peut qu’il ait aimé la piste molle », dit Gilbert Rousset avant d’ajouter : « Mais le style avec lequel il l’emporte démontre qu’il était trop fort pour la catégorie. On le reverra dans deux ou trois semaines. »
Dans cette course, il y avait Without A Doubt, qui avait débuté victorieusement. « Oui, mais il avait couru contre des nouveaux comme lui et dont plusieurs ne se sont pas bien adaptés à la piste. Count Henry n’avait couru que deux fois. Nous avons pu l’avoir à un très bon prix. Je dirai qu’on a fait une brillante affaire avec son acquisition. »
Le retour de Count Henry pourrait-il être pour le championnat des 3-ans ? « Rien n’a encore été décidé. Peut-être, car nous n’avons pas de chevaux susceptibles d’y participer. En revanche, s’agissant des 4-ans, nous avons deux ou trois possibilités avec Prince Of Thieves et Executive Power, entre autres. Ce dernier devrait débuter la semaine prochaine. »