Executive Power a remporté la première manche du championnat des 4-ans avec la manière. C’est sans doute un compétiteur qui fera parler de lui au Champ de Mars. Rapide et courageux, il devrait monter en valeur et pourquoi pas titiller les meilleurs. On sait que le titre de cheval de l’année a souvent souri au champion des 4-ans. Certes, il lui reste encore un long chemin à parcourir jusqu’à la fin de la saison, mais il a montré un certain potentiel qui devrait le rendre redoutable.
Executive Power, on le savait, avait été acquis pour des courses importantes. Le fait qu’il a le plus souvent concouru à Greyville pouvait laisser penser qu’il aurait du mal à évoluer face aux chevaux qui ont été en compétition à Johannesburg. « Pour notre part, on savait que sa force réside dans le fait qu’il possède du pas et qu’il sait accélérer en fin de parcours. C’est vrai que les chevaux de Greyville sont un peu en dessous de ceux de Johannesburg en ce qu’il s’agit de leur potentiel, mais il avait démontré quelque chose d’intéressant dans son pays d’origine. »
Ce que Gilbert Rousset, lui, savait, c’est qu’Executive Power est plus redoutable quand il peut imposer sa loi. Quand il se retrouve seul à l’avant, il fait montre de courage et ne s’avoue pas facilement vaincu. « C’est quand il a travaillé aux côtés de Scotsnog il y a deux semaines qu’on s’est dit qu’il avait bien progressé et doit certainement posséder un certain potentiel. Puis, il a eu une semaine supplémentaire pour peaufiner sa condition suite à la seconde annulation de l’épreuve. » Pour ceux présents à l’entraînement ce jour-là, Executive Power avait même laissé une meilleure impression que son compagnon de travail. Donc, sa victoire ne constitue par réellement une surprise.
Et le choix du jockey dans tout cela?? « Il est tout à fait normal qu’il optât en faveur de Prince Of Thieves car Executive Power n’avait pas encore couru. On était bien confiants en une victoire de Prince Of Thieves. Toutefois, je suis d’avis que la pluie est venue tout chambouler. De plus, Prince Of Thieves a eu une course assez difficile au début et n’a pas accéléré comme prévu. » Si on regarde de plus près les victoires de l’entraîneur, on trouve que pas moins de trois chevaux qui n’ont pas été pilotés par le titulaire au poste ont passé le but en premier, alors que le jockey était aussi en selle dans ces épreuves.
« Tous nos chevaux courent leurs chances »
Gilbert Rousset ne tique pas et répond du tac au tac. « Tous nos chevaux courent leurs chances. De par la façon dont les fixtures ont été établis, on se trouve parfois contraints d’aligner plus d’un cheval et chacun est monté selon ses mérites. Je voudrais aussi vous souligner l’importance du stakes money par les temps qui courent. Gérer un établissement qui compte pas moins de 35 chevaux n’est pas facile. Il nous faut impérativement ramener le plus de prix possible. Le titre de champion n’est pas une priorité. Les propriétaires investissent et il faut qu’ils reçoivent quelque chose en retour. »
À la question de savoir de ce qui a été prévu pour Executive Power pour la suite de la compétition, Gilbert Rousset déclare que rien n’a été décidé. « On ne sait pas encore. Ce que je peux vous dire c’est qu’il ne sera pas au départ de la deuxième manche qui se disputera sur 1600m. C’est un sprinter et il n’a pas encore démontré qu’il peut aller sur la distance. Notre représentant devrait être Prince Of Thieves. »
Karraar, qui débute directement sur 1650m et qui l’emporte, c’était un pari qui pouvait paraître osé, mais qui a été relevé avec brio. « Karraar a été tout simplement sensationnel. On lui a donné tout le temps voulu pour qu’il se remette de sa blessure au genou. On appréhendait quelque peu le fait qu’il puisse faiblir dans les derniers 50m. Il avait beaucoup de travail sous les sabots et avait galopé en compagnie de bons chevaux. Sur ce qu’il a démontré samedi dernier, je dirai qu’il est un roc et super puissant. »
Comme il a été annoncé que Karraar sera aligné sur une distance rallongée, la question de son stamina a été posée à Gilbert Rousset. « S’il est vrai qu’au niveau de son pedigree on ne trouve pas d’ascendant ayant de la tenue, sauf que sa poulinière s’est déjà placée sur 2100m, il n’en demeure pas moins qu’il a déjà été essayé jusqu’à 2450m en Afrique du Sud. Il n’avait pas beaucoup couru et possédait une marge de progrès. Nous avons eu beaucoup de chevaux qui ont connu le même genre de progression et là, j’ai toujours en tête Intercontinental. Cela nous a pris trois à quatre courses pour voir son potentiel. De par la façon dont il évolue, on a trouvé qu’il est un puissant galloper, un puissant frontrunner. »