Il faisait partie des chevaux les plus en vue de cette troisième journée. Et Van Der Scaler n’a pas déçu ses nombreux partisans en s’adjugeant The Jason Espitalier-Noël Cup. Une victoire remportée de bout en bout sous la conduite de Steven Arnold, qui enregistre du coup sa deuxième victoire au Champ de Mars.
Aligné dans un champ relativement moyen, sur une distance qu’il affectionne particulièrement et avec en bonus un bon numéro de corde, tous les feux étaient au vert pour que Van Der Scaler débute sur une belle note la nouvelle saison. L’élève de Ramapatee Gujadhur, qui donne l’impression de se bonifier avec le temps, ne laissa pas passer sa chance, jouant la même partition qu’en 2016 en débutant victorieusement sa campagne.
« He is quite a straightforward horse », fait comprendre d’emblée son jockey Steven Arnold. « He stepped well and controlled the race in front. He gave me a nice kick around the corner. First start after a long rest, he obviously got a little bit tired in the last 50m but it was quite a good effort from him. »
Pourtant, il n’était pas prévu que Van Der Scaler soit en action aussi tôt dans la saison, mais Ramapatee Gujadhur n’a pas eu d’autres choix que de se laisser dicter par les fixtures. « Il n’y a pas de courses pour lui pour les quatre prochaines journées. On a donc pris la décision de le courir. Il n’était pas à cent pour cent de ses moyens et Steven Arnold en était conscient. Il a pu le ménager sur la majeure partie du parcours. Allons dire qu’il a su tirer profit des circonstances favorables. Il est sorti en main, même s’il nous a donné quelques palpitations. Heureusement qu’il a tenu bon jusqu’à la fin et que Gilbert n’avait pas de représentant dans cette course (rires) », a déclaré à chaud un Ramapatee Gujadhur un tantinet taquin.
« Steven Arnold is a gentleman »
L’entraîneur en a profité pour faire taire les rumeurs faisant état de quelconques frictions entre son jockey et lui. « On n’a jamais douté de Steven. On sait très bien que tous les jockeys ont besoin d’un temps d’adaptation, surtout au Champ de Mars. On a rapporté la semaine dernière qu’on avait eu une grande discussion. Je ne sais pas qui a inventé cela. Tout ce que l’on sait, c’est que Steven Arnold est un gentleman. »
Si Van Der Scaler était une première chance, l’entraînement Gujadhur nourrissait un silent hope avec Yoda Man dans l’épreuve de clôture. C’est sur les recommandations de Steven Arnold que ce cheval concourait dans cette course vu qu’il avait plu à l’Australien à l’entraînement. Mais sur 1500m, pour une course de rentrée, ce fut un pari osé pour le fils de Dynasty et Arnold est premier à le reconnaître. « He travelled like a winner down the corner but the winner was too strong for him. He is to be credited with a good race, though as the 1500m proved to be a little bit far for him. »
Bulsara (4e a 1,45L de Scotsnog) est l’autre coursier qui a laissé une bonne impression à Steven Arnold. « They went quite slow in the back straight and for a horse like him who prefers more ground, he needed a solid tempo to finish. But, still, he did not disgrace by finishing well. »
Quant à Everegreen il est d’avis qu’il avait grandement besoin de cette course. « He is a strong frontrunner and such sort of horses need to be very fit to win. He was a little bit big on Saturday. I think he will come on from that run. »