Après avoir ouvert son compteur 2017 avec Navistar lors de la 13e journée, Kevin Ghunowa a permis à Wing Man de renouer avec le succès qui le fuyait depuis un an, plus exactement depuis le 25 juin 2016. C’est avec ce même jockey sur le dos qu’il avait triomphé. Wing Man, qui en était à sa 45 sortie au Champ de Mars, est venu coiffer Bezamod au poteau pour signer sa sixième victoire. Il faut dire qu’il avait montré le bout du nez à sa dernière sortie, quand il s’inclina de peu derrière Seven League Boots, avec Robert Khathi en selle, sur 1850m.
Alors que Bezamod allait réaliser la surprise du chef en effectuant un start to finish, Wing Man, qui courait à l’arrière-garde, est venu souffler la victoire au représentant de Rameshwar Gujadhur sur la ligne d’arrivée grâce à la fougue de Ghunowa. Lui qui a connu des pépins de santé en début de saison signe sa deuxième victoire et a sauvé la journée de son entraîneur, qui est privé actuellement de son jockey titulaire, Robert Khathi, absent pour cause de blessure.
« J’assurre la suppléance en l’absence de Khathi. Même si on n’avait que trois partants lors de cette 15e journée, on a pu se tirer d’affaire avec une victoire et une quatrième place avec Gameloft. Ce dernier a été malchanceux. Au moment de le lancer, je sentais qu’il n’avançait pas comme prévu. Mais il devait terminer quand même à une honorable quatrième place. Après la course, on l’a fait examiner et on a découvert qu’il avait du sang dans sa tranchée. C’est dommage pour ce coursier qui aurait pu mieux faire », soutient Ghunowa.
« Quant à Wing Man, c’est un coursier que je connais bien, l’ayant conduit à la victoire l’an dernier. On s’est confortablement assis à l’arrière-garde et j’ai commencé à le solliciter à partir des 600 mètres. Dans la ligne droite finale, il a répondu favorablement à mes sollicitations pour venir coiffer Bezamod. It was a long overdue win and I was confident to catch Bezamod », ajoute-t-il. « Malgré ses neuf ans, Wing Man retrouve une deuxième jeunesse. Il se comporte toujours comme un bébé et je reste persuadé qu’il va revisiter la winner’s enclosure à nouveau cette saison ».
Après avoir gagné de bout en bout avec Navistar, Ghunowa est venu cette fois au finish pour l’emporter. « Cela vient prouver que je peux m’adapter à n’importe quel genre de coursier. J’en profite pour remercier Shirish Narang et toute l’équipe à l’écurie. Ils font un travail formidable pour garder les chevaux dans une très bonne condition. Nous en sommes à notre 13e victoire de la saison et je souhaite que d’autres vont suivre pour bien terminer l’année. De mon côté, j’espère que cette deuxième victoire en appellera d’autres. C’est très difficile de nos jours d’avoir des montes, car chaque entraîneur possède un jockey étranger. Mais si on nous fait confiance et qu’on a de bonnes montes, on peut se mesurer aux étrangers », affirme le Mauricien.