L’entraînement Vincent Allet et son jockey Ryan Wiggins tiennent enfin leur première victoire 2017. Après s’être brûlé les doigts en plusieurs occasions, ce duo a décidé de prendre le taureau par les cornes en procédant à un changement de tactique avec Buffalo Trip. Ce coursier, qu’on avait vu dans de bien meilleures dispositions en ce début de saison, n’était pas passé inaperçu en terminant à moins d’une demi-longueur d’Argun à sa reprise.
Avec l’alezan installé favori en catégorie supérieure dans la cinquième épreuve, on avait des raisons d’espérer dans le camp de Vincent Allet. C’est ainsi que décision fut prise de la se la jouer tactique et de prendre tout le monde de court en montant le fils de Trippi offensivement. La passivité de ses adversaires aidant, Buffalo Trip n’en demanda pas mieux lorsqu’il bénéficia d’une soft lead. La partition fut exécutée à merveille dans un scénario dont le dénouement était des plus prévisibles.
« On a eu pas mal de malchance depuis la première journée avec des deuxièmes places, dont certaines sur le fil », reconnaît d’emblée Vincent Allet. « Dans ce domaine, il faut avoir de la patience et de la persévérance. Je pense que c’est le fruit de ces deux vertus qu’on récolte aujourd’hui », poursuit-il un brin philosophe.
Selon l’entraîneur, la victoire de Buffalo Trip porte aussi les griffes d’un travail d’équipe. « Il ne s’était pas acclimaté la saison dernière. Je remercie Ravi Rawa qui a abattu un énorme travail avec ce cheval à Floréal durant l’intersaison. Buffalo Trip ne voulait pas travailler et il a dû reprendre tout à zéro avec ce coursier. On savait que le début de saison n’allait pas être évident car on a pas mal de nouveaux à l’écurie, mais de là à ne pas gagner de courses pendant cinq journées… Je remercie les propriétaires qui ont fait preuve de beaucoup de patience », déclare Vincent Allet.
Même s’il s’est fait battre au poteau à plusieurs reprises, Ryan Wiggins, de son côté, ne s’est jamais laissé gagner par le découragement. L’Australien savait que la roue finirait par tourner. « You must always come to the races with a positive mind you know. We had some frustrating days as of late but I knew that Saturday will be our day. I expected to have a winner or even two as all our horses are training good actually. We just needed to have some luck on our side », confie-t-il.
Commentant la victoire de Buffalo Trip, la cravache australienne dira que ce n’est qu’après avoir analysé la carte que son entourage a décidé qu’il prenne sa chance à l’avant. « They let it up to me and I took it up. I got a soft lead, especially when Dawn Raid got shuffled back in the field. His chances were then dim. And when I looked on my outside half way home and saw a horse other than Dawn Raid, I was very happy (laughs). I knew that at the top of the turn Buffalo Trip would quicken away and that they would have to chase him », relate l’Australien. Ryan Wiggins est d’avis que ce n’est pas impératif que Buffalo Trip impose sa loi pour bien faire. « I took them by surprise on Saturday. But I believe he can come from behind as well. I would even say that he can be a better horse from behind. »
Maintenant qu’il a brisé la glace, Wiggins est d’avis que les choses ne pourraient qu’aller dans la bonne direction. « Our season starts now », lance-t-il un grand sourire aux lèvres. « The owners have been very patient and it’s only logical that they get rewarded. I’ve got no pressure from them, no pressure from the trainer. As I said, our horses are training good and now that most of them have got at least one run under the belt, I expect more winners in the coming weeks. »
Vincent Allet, même s’il ne s’emballe pas, est d’avis que 2017 devrait être une meilleure saison pour son établissement. « Mais il va falloir apporter davantage de sang neuf à l’écurie car il se ne sera pas possible de tenir toute une saison avec l’effectif actuel », conclut l’entraîneur.