Au moins 80 morts sur nos routes depuis le début de l’année… Quel sombre et macabre bilan !
Les autorités tentent, tant bien que mal, de remédier à ce triste état de fait mais vu qu’elles ne semblent pas véritablement tenir le volant de la situation, la tâche risque d’être ardue. Cependant, en faisant machine arrière, nous sommes en mesure de trouver des solutions, qui pourront être d’une utilité certaine à court, moyen et long terme. Voici quelques mesures et solutions à l’intention de nos autorités compétentes :
1.À court terme/immédiatement :
a.Une campagne de sensibilisation :
i.Spots dangereux : afficher des découpes de silhouettes humaines peintes en noir, là où la route a laissé des morts à travers l’île. Il s’agit d’un impact psychologique sur le conducteur, d’une prise sur le réel.
ii. Boîtes de nuit : une campagne d’alcotest systématique par la police.
b.Des contrôles de police efficaces à la sortie des boîtes de nuit et dans d’autres spots connus pour les fêtes. Aussi, là où les policiers sont mandatés pour gérer la circulation (mariages, fêtes privées, clubs…)
c.Le Bob « treat » : il conviendrait que le Bob d’une soirée en boîte soit doté d’un bracelet lui permettant d’avoir droit à une entrée gratuite et à des boissons « sans alcool » à tarifs réduits ou sans frais ! Et ce, à la condition qu’il soit « genuine » dans son action et qu’il n’ait pas bu d’alcool avant de venir en boîte avec ses amis ou proches.
d.Véhicules électriques : obligation d’un permis pour scooters, cyclomoteurs et vélo électriques.
e. Instituer une nouvelle équipe de police à champ d’action large, c’est-à-dire pas rattachée à un district particulier. Elle pourrait exercer à travers toute l’île et à toute heure, avec la possibilité d’effectuer des alcootests, de sanctionner, et de placer en cellule de dégrisement des contrevenants durant 24 heures.
f.Le retour du permis à points dans le bon sens. La possibilité de retrouver ses points après 5 ans par le biais d’un stage de conduite et de comportement, à la satisfaction d’un panel composé de médecins, policiers et psychologues…
2.À moyen terme :
a.La vente d’alcool devrait être interdite durant le week-end, à partir de vendredi à 18h jusqu’au lundi (6h du matin). Ceci n’est pas une proposition qui affecterait grandement des commerces vu que de toute façon les consommateurs peuvent stocker de l’alcool. L’idée consiste à lutter contre le renouvellement d’achat… car nous savons tous que c’est sous l’influence de l’alcool que certains veulent en consommer davantage.
b.Le « Bob Bus » : les sociétés du transport en commun, RHT, CNT, TBS, UBS et autres « bus individuels » pourraient régionaliser un tel service. Ainsi cela permettrait d’éviter aux nombreux automobilistes de conduire sous l’influence de l’alcool en soirée. Pourquoi pas établir un système de « pass » et d’abonnement mensuel ?
c.Obligation de passer un test d’alcoolémie à tous les chauffeurs sortant de boîte de nuit.
d.Instaurer un code de conduite pour les poids lourds et bus : un stage avec le MITD pour tous les conducteurs de bus et de camions – test de psychologie à l’appui. Mise en place de contrôle pour ces gros véhicules (disques de vitesses et GPRS).
e.Opter pour des « contractuels » dûment formés pour lutter contre l’alcool au volant entre autres infractions. Cette mesure devrait se situer hors du champ de la force policière et devrait tourner sur la base d’une commission légale pour ceux et celles qui traquent les contrevenants. Ce qui éviterait ainsi le « biye dite »…
3.À long terme :
a.Le permis de conduire : obligation de conduite accompagnée pour une période de deux ans. Règlementation des auto-écoles, cumul d’heures pour le passage du permis et un stage de deux jours sur la conduite dans des cas extrêmes.
b.Renforcement des lois.
Voilà quelques petites propositions (à amender éventuellement) qui pourraient contenir le carnage sur nos routes. Tout cela coûtera de l’argent mais une vie n’a pas de prix !
Je suis un consommateur d’alcool. Ce n’est qu’en durcissant les lois que nous serons en mesure d’avancer. Il est toujours mieux de boire le thé d’Ecosse en toute sécurité sans avoir à donner un « enn ti biye dite », ci et là… N’est-ce pas ?