Les limiers de la CID de la Northern Division tentent depuis hier soir de résoudre un véritable casse-tête. En effet, un ressortissant français, Jean François Elysée Matthieu Elysée, 38 ans, directeur d’une importante bijouterie/joaillerie, a consigné une déposition portant sur la disparition d’une importante cargaison de bijoux entre l’aéroport SSR et Goodlands.
Le véhicule, immatriculé 2130 MY 07, transportant cette précieuse cargaison, dont la valeur est estimée à Rs 30 millions, selon des indications préliminaires, a été abandonné par les auteurs de ce coup audacieux dans les parages de Bassin-Blanc alors que les deux employés de la bijouterie ont été admis au Sir Seewoosagur Ramgoolam National Hospital.
À ce stade, les enquêteurs de la CID du Nord, qui ont consigné la version des faits du propriétaire de la bijouterie, attendent l’avis des médecins de l’hôpital pour procéder à l’audition des deux employés qui étaient dans le véhicule au moment des faits allégués, Aslam Khodabaccus et Hans Shameelall. À ce matin, ils étaient encore sous l’effet du choc et n’étaient en mesure de donner leurs versions des faits.
Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources concordantes indiquent que le transfert de cette cargaison de bijoux, notamment en or et couverte par des polices d’assurance, devait se faire hier après-midi. Le directeur de l’entreprise devait recevoir un appel téléphonique de ses deux employés vers 17 heures. Ils avaient informé leur patron que leur véhicule roulait sur la principale route à Phoenix mais que la circulation était vraiment dense avec un énorme embouteillage.
Puis, nouvel appel au directeur de la bijouterie à 22 h 48. Le message transmis par les employés concernés était qu’ils avaient été victimes d’un braquage et qu’ils avaient été abandonnés par les présumés auteurs dans les parages du réservoir de Mare-aux-Vacoas. Les secours ont été organisés et les deux employés transportés d’urgence à l’hôpital du Nord.
Les recherches entreprises par la police en vue de retracer le véhicule devaient aboutir ce matin. Le véhicule avait été abandonné dans un champ de cannes à Bassin-Blanc. Des sentinelles ont été placées le temps que les experts de la Scene of Crime Office et du Forensic Science Laboratory ne fassent le déplacement pour les prélèvements. Le van devait être remorqué à la mi-journée. L’enquête policière se poursuit.