Cette entreprise privée, située à Bangalore, est parmi les plus grands producteurs d’insuline au monde

Biocon est dirigée par la PDG Kiran Mazumdar Shaw, la seule femme devenue milliardaire grâce à l’entrepreneuriat

Avec les maladies telles que le diabète, le cancer et d’autres pathologies, qui affectent le système immunitaire et touchent des millions de personnes à travers le monde, nombreuses sont les institutions mondiales à se tourner vers la recherche. Objectif:  trouver des solution apportant un soulagement, voire la guérison, aux malades. Et l’une des institutions qui se sont fait un nom dans la recherche biopharmaceutique est Biocon, une entreprise privée indienne basée à Bangalore. Biocon est sur la liste des Top 5 des entreprises biopharmaceutiques en Inde.

Lors d’une visite guidée dans cette société la semaine dernière, son historique vaut le détour. « Nous avons commencé nos opérations en 1978 en tant que compagnie qui se focalisait sur les enzymes. Au fur et à mesure de notre développement, nous avons transformé Biocon en une compagnie biopharmaceutique en 2000 », explique Gopala Krishna Dasika, Senior VP, R & D de Biocon Research Ltd.

Aujourd’hui, dit-il, Biocon se réjouit d’avoir consolidé ses assises grâce à ses quatre décennies consacrées à la recherche, en devenant un pionnier d’excellence avec l’objectif d’offrir des produits facilement accessibles et abordables pour toutes les bourses. « Nous nous focalisons sur le patient », dit-il, faisant ressortir que chaque personne qui travaille sur le campus de patient tient à cœur la santé de celui-ci. « Nous croyons qu’en nous focalisant sur le patient, nos partenaires et nous apportons du changement dans le secteur de la santé. Nous n’aurons pas à nous soucier des affaires », dit-il. Pour réussir, Biocon a établi ses valeurs auxquelles elle adhère fortement pour être une industrie crédible et qui offre une qualité de produits incomparable.

Dans son processus de développement, Biocon a ouvert son centre de recherche appelé Syngene, où des milliers de scientifiques passionnés travaillent tous les jours. « Cette unité de recherche est étendue sur 118 arpents de terrain. Ce campus de Biocon se concentre sur la recherche et le développement, et aussi sur la fabrication des produits », indique Krishna Dasika. La recherche et l’innovation sont des « éléments essentiels » pour Biocon vu la concurrence sur le marché de la recherche médicale en Inde. Dans son élan de pouvoir garder une longueur d’avance, Biocon pénètre dans le segment des “Biosimilaires”, un mot inventé en 2006. Un médicament biosimilaire est similaire à un médicament biologique. Ce similaire est une substance qui est produite à partir d’une cellule ou d’un organisme vivant ou dérivée de ceux-ci.

Un biosimilaire contre le cancer

L’un des produits mis sur le marché par Biocon est un biosimilaire de l’insuline. À ce jour, Biocon a déjà offert 2 milliards d’injections d’insuline. Pour son année financière 2020, Biocon espère toucher 2,6 milliards de patients à travers le monde. D’ailleurs, Biocon est considéré comme le quatrième plus grand producteur d’insuline au monde. L’entreprise, qui a travaillé avec un partenaire dans la recherche médicale, a aussi mis sur le marché un biosimilaire contre le cancer. Selon Gopala Krishna Dasika, en traitant les cancéreux de manière traditionnelle, ils sont « vulnérables aux infections ». Par contre, ce biosimilaire permet aux cancéreux d’être traités sans affecter davantage leur santé.

Il ressort que certains produits de Biocon sont exportés vers Maurice. L’entreprise espère néanmoins que ce lien soit davantage renforcé pour que ses produits soient plus répandus dans le pays. « Le but de Biocon est de rendre les biosimilaires abordables à tout le monde », dit-il. Selon lui, l’unité de production de la Malaisie a une très grande superficie et fabrique l’insuline biosimilaire. Grâce aux biosimilaires, les gens arrivent à vivre « plus longtemps ».

Biocon exporte également ses produits sur plusieurs autres marchés à travers le monde et compte quatre unités de production, qui sont situées à Bangalore, Malaisie, Hyderabad et Visakhapatnam. « Nous voulons étendre notre offre des produits biologiques à travers le monde. Nous sommes d’ailleurs une entreprise crédible dans la biopharmacie », ajoute ce cadre de Biocon.

Les produits de Biocon nécessitent une haute technologie et des équipements de haut niveau. « Nous avons des facilités dernier cri dans la fabrication de nos produits », dit-il, et ajoute que Biocon reçoit la visite des agences de vérification pour voir si les normes sont respectées. Les produits de Biocon sont exportés dans plusieurs pays au monde, dont les États-Unis, les pays européens et ceux de l’Asie. Les produits de Biocon sont premièrement exportés vers les États-Unis et l’Europe en raison des mesures strictes qui y sont imposées. Elles sont environ 120 destinations où les produits de Biocon sont exportés.

Pour l’entreprise, si les produits de Biocon répondent aux normes de ces pays, il serait plus facile d’exporter vers d’autres pays également. « Nous voulons désormais que nos produits soient exportés dans autant de pays possibles », dit-il, tout en ajoutant que Biocon a « la responsabilité de respecter les demandes de tous les pays » où elle veut exporter ses produits.

Tests sur les animaux

La recherche biopharmaceutique nécessite également des examens sur des animaux. Gopala Krishna Dasika en concède que certains tests sont effectués sur des animaux uniquement lorsque c’est nécessaire. « Mais nous évitons autant que possible les examens sur les animaux. Nous démontrons nos recherches à travers des modèles sophistiqués », dit-il. Si des animaux doivent être utilisés à des fins de recherche, ce sont des souris qui en font les frais. Étant donné que l’entreprise est sur le marché des biosimilaires, effectuer des examens sur des singes ne s’avère pas.

Ils sont 8 000 scientifiques qui travaillent quotidiennement à Biocon. « Ils effectuent des recherches sur les maladies telles le cancer et le diabète. La plupart de ces scientifiques ont un doctorat et ont fait des études aux États-Unis, au Royaume-Uni ou en Inde. Ils sont aussi assez jeunes », explique Karthik Vedanayagam, qui travaille également pour le compte de Biocon.

Biocon se présente comme l’un des meilleurs employeurs en Inde. Selon le classement de Science Careers Top 20 Pharma & Biotech Employers de 2018, l’entreprise de Bangalore était classée 7e au monde. Depuis 2012, à travers ses différentes initiatives pour rendre son environnement de travail le plus agréable possible, Biocon est sur la liste des Top 20 meilleurs employeurs au monde depuis 2012. Elle est d’ailleurs la seule compagnie en Asie qui figure sur cette liste.

Les jeunes formés

Ils sont 8 000 jeunes scientifiques qui travaillent à Biocon. Ces chercheurs sont considérés parmi les meilleurs de l’Inde. Pour trouver une place dans l’entreprise, le chercheur doit impérativement passer par des examens pour évaluer sa capacité. Par ailleurs, pour aider un étudiant en biotechnologie à trouver un travail dans le domaine de la biotechnologie, la Biocon Academy se présente comme l’institut de formation complet. Les cours offerts sont conçus avec l’apport de l’industrie pour que l’étudiant ait les compétences nécessaires pour commencer à travailler une fois qu’il termine ses cours.

La compagnie Biocon est dirigée par la PDG Kiran Mazumdar Shaw. Figure de proue en Inde, elle est la seule femme devenue milliardaire grâce à l’entrepreneuriat. Scientifique et visionnaire, Kiran Mazumdar Shaw, qui fait ses études en Inde et dans d’autres pays étrangers, s’est tournée vers l’entrepreneuriat en 1978. Grâce à sa persévérance, elle a aujourd’hui créé un empire à Bangalore. Avec plus de 44 ans dans le domaine de la biotechnologie, elle est une leader mondiale. D’ailleurs, elle participe souvent à des forums internationaux. Le magazine Forbes classe Kiran Mazumdar-Shaw sur la liste des « World’s Most Powerful Women » et des « World’s Self-Made Women Billionaires ».