Le ministre des Affaires, de l’Entreprise et des Coopératives, Sunil Bholah, estime que les entrepreneurs et coopérateurs rodriguais ont un rôle important à jouer dans l’objectif de Maurice visant à réaliser un deuxième miracle économique.
« Rodrigues ne doit pas être laissée sur la touche alors que nous avons un budget de Rs 2 milliards par an pour promouvoir l’entrepreneuriat », a lancé Sunil Bholah. C’était lors d’une rencontre avec les entrepreneurs et coopérateurs rodriguais à Mont-Plaisir, Rodrigues, à la fin de la semaine dernière, où il a remis leurs prix aux gagnants des Mauritius Excellence Awards for Cooperative 2014. Le ministre a aussi remis un ordinateur portable, offert par la Mauritius Cooperative Union (MCU) à l’Offshore Fishermen Cooperative Federation Limited.
Lors de son discours, le ministre a exhorté les Rodriguais à prendre connaissance sérieusement du plan d’action des coopératives lancé récemment. « L’entrepreneuriat coopératif est un bel exemple de prise en charge qui a fait ses preuves. Nous sommes en train de revoir le cadre légal coopératif afin d’améliorer les outils financiers et fiscaux à l’intention des coopératives, de soutenir davantage les projets structurants coopératifs et de bonifier l’aide technique au démarrage, l’aide au suivi et au développement d’affaires », a-t-il fait ressortir, avant de réclamer « plus d’efforts et de créativité de la part des Rodriguais afin de créer plus d’emplois ».
Le secteur coopératif permet, en premier lieu, d’atteindre l’autosuffisance alimentaire, affirme Sunil Bholah. « Je trouve inconcevable qu’on importe des oignons, des fruits, des légumes, des fleurs et du bétail, ou même de l’ourite séchée de Madagascar ». Le ministre a encouragé les Rodriguais à retourner à la terre. « Rodriguais, montre nou ki zot konn fer », leur a-t-il déclaré. Sunil Bholah a estimé que les Rodriguais ont beaucoup d’imagination et ont la volonté de développer une activité économique. Il a en outre parlé de la formation des coopérateurs, des entrepreneurs, des techniciens et des officiers en Basic Cooperative Management et en Cooperative Law and Practice.