Entrepreneurius. Tel est le projet que le National Women Entrepreneur Council (NWEC) a lancé hier en collaboration avec l’Association for the International exchange of students in Economics and Commerce (AIESEC). Le but est de pourvoir tous les outils nécessaires aux femmes entrepreneurs afin qu’elles puissent bien démarrer et gérer leur entreprise et par là même soutenir leur famille.
La ministre de l’Égalité des Genres devait à cette occasion souligner que « les femmes constituent une force économique » et que « l’entrepreneuriat a été reconnu mondialement comme un moteur de changement économique ». L’AIESEC, devait rappeler Mireille Martin, est la plus grande organisation internationale regroupant des étudiants à travers le monde. « Elle sert de plateforme pour la transmission de leadership skills ». Comme son nom l’indique, l’AIESEC est une association de jeunes leaders, des étudiants en économie et commerce qui sont là pour partager leurs connaissances et expériences avec les femmes entrepreneurs. À Maurice, l’AIESEC a été fondée en 2007. Depuis, elle a organisé des conférences axées sur des projets sociaux pouvant bénéficier aux jeunes.
Entrepreneurius, souligne Mireille Martin, est un programme de capacité organisationnelle. Ce projet a été mis sur pied « parce qu’on croit que les femmes doivent recevoir tout le soutien qu’il leur faut. Il n’y a rien de plus encourageant que de voir des jeunes venir, avec leurs compétences, en aide à ces femmes entrepreneurs ».
Des étudiants étrangers, notamment de l’Inde, ont également aidé à la préparation du projet et ont eu l’occasion de se familiariser avec l’entrepreneuriat mauricien. Pour la ministre, le programme est aussi enrichissant pour les étudiants car, « parfois, vous pouvez entreprendre des études très poussées mais si vous n’avez pas une orientation, quel est le propos ? » Les entrepreneurs, dit-elle, contribuent non seulement au développement économique du pays mais ils créent aussi de l’emploi. « Ils aident à régler le problème du chômage ».
Avoir un esprit entrepreneurial, pour la ministre, est avoir une manière distincte de prendre des décisions. « Vous êtes des personnes qui prennent des risques. Les entrepreneurs sont prêts à prendre des risques calculés en retour de plus grandes récompenses. Ils sont indépendants. C’est vous qui organisez votre temps, qui créez votre réussite, qui passez par des difficultés. Vous êtes des visionnaires ». La formation, ajoute la ministre, est de prime importance pour l’émancipation des femmes. « Les statistiques montrent qu’il y a plus d’hommes entrepreneurs que de femmes. Je ne vois pas pourquoi tel doit être le cas ». Mireille Martin a encouragé les femmes entrepreneurs à saisir cette occasion en vue d’échanger avec les autres. « Il ne s’agit pas que de dissémination d’informations mais de suivi de votre projet ».