Le conseil d’adminstration d’Innodis, société cotée sur le marché officiel de la Bourse, a désigné Victor Seeyave à la présidence du groupe pour succéder à sir René Seeyave, Kt., CBE. Ce dernier, qui a occupé ces fonctions pendant 40 ans, demeure néanmoins membre non-exécutif du conseil d’administration.
Victor Seeyave, dont la nomination a pris effet hier, siège depuis 18 ans au sein du conseil d’administration d’Innodis et fait également partie du comité de bonne gouvernance de l’entreprise. Il a, en outre, occupé dans le passé plusieurs postes exécutifs au sein de la section alimentaire du groupe. Détenteur d’un B.A. (Hons.) Economics du Royaume-Uni, ainsi qu’un MBA des États-Unis, Victor Seeyave est, par ailleurs, membre des conseils d’administration de la Swan Insurance Co Ltd et de l’Anglo Mauritius Assurance Society Ltd.
« Au cours de nos 40 ans, nous avons diversifié notre gamme de produits de consommation courante. Nous avons aujourd’hui des produits de qualité, parmi lesquels, beaucoup sont devenus des leaders, cela grâce aux efforts consentis par tous nos employés, ainsi qu’à notre réseau de distribution efficace qui nous donne une grande couverture du marché », déclare Victor Seeyave. Il dit se réjouir de la confiance que lui témoignent les membres du conseil d’administration
Le nouveau président d’Innodis croit également dans les perspectives offertes par l’Afrique. Il annonce qu’au Mozambique, le groupe, considérant le potentiel de ce marché, a élaboré un « 5-year business plan » avec son nouveau partenaire, le groupe Irvine’s. L’objectif est d’atteindre d’ici 2018 la même capacité de production de poulet que celle réalisée à Maurice en 40 ans. « Ce plan d’expansion s’applique uniquement à la région de Maputo. Le groupe pense également développer à l’avenir de nouvelles activités dans d’autres régions du Mozambique, voire même dans d’autres pays d’Afrique », précise-t-il.
Par ailleurs, le conseil d’administration d’Innodis a tenu à saluer la contribution de Sir René Seeyave au développement du groupe, soulignant que c’est lui qui a jeté les bases de la croissance que connaît l’entreprise aujourd’hui.