Le ministère du Business et des Coopératives a commandité un Masterplan pour les Petites et moyennes entreprises (PME) qui indiquera, selon le ministre de tutelle, Sunil Bholah, la direction dans laquelle doivent évoluer les PME. « Jamais dans le passé n’avait-on entrepris une telle démarche. Bien évidemment, certains diront que beaucoup de choses vont changer dans dix ans, mais ce Masterplan évoluera avec le temps », a-t-il déclaré à l’ouverture de la foire des PME hier au SVICC, à Pailles.
Sunil Bholah a affirmé que ce Masterplan étudiera « les forces et les faiblesses » d’institutions telles la Small and Medium Enterprises Development Authority (SMEDA). « C’est à la lumière de ce Masterplan que nous prendrons les mesures nécessaires pour mettre la SMEDA réellement au service des PME », a-t-il lancé. Selon lui, le plus gros problème auquel les PME font face à Maurice est « le marché restreint ». Et d’ajouter : « Nous avons une culture de consommation propre aux Mauriciens, qui est si différente des autres pays. Dans ces conditions, le marketing des produits locaux devient beaucoup plus difficile. » Le Masterplan se penchera également sur le problème de l’exportation, soit « sur ce qu’il faut faire pour rendre nos produits et services compétitifs sur le marché international ». Ce Masterplan, selon le ministre, devrait être prêt dans six mois.
S’agissant de la foire des PME, qui se tient depuis hier à Pailles, et ce jusqu’à dimanche prochain, Sunil Bholah a révélé que les organisateurs s’attendaient à avoir entre 125 et 130 exposants. « Ils en ont eu 180, dont une vingtaine venant de Rodrigues, ce qui a largement dépassé leurs espérances. » Le ministre a laissé entendre qu’il essaye « malgré les difficultés, de tout faire pour que tous les entrepreneurs réussissent dans leur aventure ».
L’artisanat est aussi une préoccupation du ministre avec les artisans, qui dénoncent que trop de produits importés se vendent sur le marché local, « alors que beaucoup auraient pu être fabriqués à Maurice ». À ce sujet, Sunil Bholah est d’avis que l’importation « tue l’artisanat » mauricien. « Nous sommes en train d’étudier ce problème et nous allons considérer les mesures à prendre pour aider les artisans », a-t-il laissé entendre.
Sunil Bholah a aussi parlé de son plan de créer de « vrais incubateurs ». Selon lui, « nous avons un incubateur à Coromandel et avons l’intention d’en installer d’autres dans les quatre coins de l’île », avant d’indiquer, chiffres à l’appui, que sept PME sur dix qui sont lancées échouent dans leur aventure. « Nous voulons réduire cette faillite avec l’aide des incubateurs. Nous allons solliciter l’expertise singapourienne à cet effet », a-t-il déclaré. Le ministre  a souligné qu’il travaille également sur deux fronts : celui de l’“export-readiness” des PME et celui de “l’import-substitution”.
La présentation du Budget, le mois prochain, a également été évoquée par Sunil Bholah. « Il y a de grosses attentes par rapport au financement à mettre à la disposition des petits entrepreneurs. Le Premier ministre porte une oreille attentive à vos propositions et je suis sûr qu’il y aura quelque chose de très incitatif dans le prochain Budget. C’est un secteur d’avenir qui générera beaucoup d’emplois et qui amènera la croissance à Maurice », a laissé entendre le ministre Bholah.