Pratiquement un an après l’annonce de la démolition de la passerelle en béton construite à l’embouchure de la plage de Le Goulet, ces travaux se font toujours attendre. Selon les indications de sources officieuses, la décision de “pull-down” ce pont avait été prise au niveau de la Beach Authority après que la partie nord de cette structure avait cédé avec le sable – faisant office de support – balayé par les averses de début 2013. Entre-temps, cette passerelle, qui relie le village de Baie du Tombeau à la plage publique de Le Goulet, représente un danger surtout pour ceux exécutant des plongeons.
Aslam Moosafur, directeur de la firme Moosafur Track Tractor Service (MTTS), qui a été approché par la Beach Authority l’année dernière pour procéder à la démolition de ce passage pour piéton, a souhaité ne pas faire de commentaire au sujet des travaux qui se font toujours attendre. Joint au téléphone par Week-End, en fin de semaine, il a simplement indiqué que la Beach Authority n’est jamais revenue vers lui après avoir engagé les premiers contacts en vue de ces opérations des plus complexes. Pourtant, dans une déclaration dans nos colonnes, en février 2013, ce contracteur avait affirmé que “nous avons déjà entamé les procédures nécessaires en vue d’enclencher l’exercice de démolition de cette passerelle, qui représente un véritable danger.”
La décision de démolir cette structure en béton avait été prise après les pluies torrentielles de mi-février 2013, qui avaient provoqué chaos et paralysie à travers le pays tout entier. En effet, la partie nord de la passerelle avait partiellement cédé suite aux averses persistantes. Avec les conditions météorologiques difficiles, la partie inférieure en béton menant vers l’escalier nord avait été balayée par les eaux, compte tenu du fait que le sable, faisant office de support, avait été préalablement emporté par la force des eaux.
En dépit de l’importante dégradation de ce pont depuis un certain temps, les habitants de la région, principalement des jeunes, s’y retrouvent régulièrement pour piquer une tête. Et ce, à leurs risques et périls. Les renseignements disponibles de sources policières indiquent que le petit Samuel Brandon Anthony, 9 ans et habitant Terre-Rouge, mort noyé le samedi 4 janvier à cette plage publique, jouait sur cette passerelle avec ses amis avant que le drame ne se produise. Ceux se trouvant sur la plage de Le Goulet ce jour-là auraient fait comprendre aux premiers policiers arrivant sur les lieux, pour attend ce cas de noyade, que “zot ti pe zwé lor passerel; enn moma, enn garson finn tomb dan dilo.” Samuel Brandon Anthony se serait ensuite très vite retrouvé en difficulté dans l’eau. Les garçons qui étaient avec la victime se sont enfuis à l’arrivée des policiers.