Après plus d’un an et demi de litige au tribunal de l’environnement, le président de cette instance a tranché en faveur de CT Power. Le ministère de l’Environnement devra reconsidérer son refus d’octroyer le permis d’opération à Albion
Le ministère de l’Environnement aura finalement à revoir sa position par rapport au projet CT Power. C’est ce qu’a décidé l’Environment Appeal Tribunal composé des avoués Mes Hunchun Gunesh et Bhooneswur Sewraj et présidé par le magistrat de la cour intermédiaire Patrick Kam Sing ce matin. La compagnie malaisienne avait saisi cette instance en février 2011 après que le gouvernement eut refusé de lui accorder un permis d’opération pour une centrale à charbon à Pointe-aux-Caves, à Albion.
Les consultants du ministère de tutelle, après avoir analysé les répercussions de ce projet, avaient suggéré au gouvernement de ne pas aller de l’avant avec CT Power. Parmi les raisons évoquées : la proximité des zones résidentielles, la congestion routière due au transport du charbon par des poids lourds et la forte pollution résultant de l’opération de la centrale à charbon. Le Conseil des ministres avait le vendredi 14 janvier 2011 pris la décision de ne pas accorder de permis aux promoteurs.
Mais d’autres rapports, notamment le Supplementary Environment Impact Assessment et un document de la firme Mott Mc Donald, devaient montrer que ce site était adapté au projet.
Pour rappel, CT Power avait conclu un accord avec le Central Electricity Board (CEB) : le CEB devait s’approprier 25 % de la compagnie malaisienne en vue de permettre l’accord.