Maurice génère 500 000 tonnes de déchets ménagers chaque année. Et le gouvernement doit débourser Rs 1,5 milliard pour le transport, le transfert et l’élimination des déchets. De plus, Rs 130 millions sont allouées pour le nettoyage de la plage. C’est ce qu’a indiqué le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Étienne Sinatambou, lors d’une campagne de nettoyage sur la plage de Pointe-aux-Sables jeudi dernier. Une initiative de l’Union européenne, en collaboration avec le ministère de l’Environnement, le haut commissariat britannique et la Beach Authority.

Sensibiliser le grand public sur l’impact de l’action de l’homme sur les mers et les océans en amont de la prochaine conférence Our Ocean, qui aura lieu les 29 et 30 octobre à Bali. Tel est l’objectif de l’Union européenne, qui a procédé à une campagne de nettoyage sur la plage de Pointe-aux- Sables le 18 octobre. Cette démarche a vu la participation du ministre Étienne Sinatambou, du directeur et du personnel de la Beach Authority ainsi que du personnel de l’UE et de l’ambassade britannique à Maurice.

À cette occasion, Étienne Sinatambou a souligné l’importance de « choquer » les gens par nos actions, c’est-à-dire de ramasser des ordures en vue de garder la plage propre. « Nous devons être des modèles pour les autres. Je tiens à préciser que nous générons 500 000 tonnes de déchets ménagers chaque année. Ce qui fait que le gouvernement dépense environ Rs 1,5 milliard sur la collecte, le transport et le transfert des déchets vers le centre d’enfouissement de Mare-Chicose.

Par ailleurs, le gouvernement dépense Rs 130 millions pour le nettoyage des plages », a-t-il fait ressortir. Le ministre a, par ailleurs, mis l’accent sur le concept des trois « R » (Réduire les déchets, Réutiliser et Recycler). Il a évoqué les dangers des déchets marins, affirmant que les gens perturbaient la vie marine qui absorbe ces déchets. « Par la suite, ce sont les gens qui vont consommer ces poissons. Donc, il y a un risque d’empoisonnement », a déclaré le ministre, qui a demandé aux Mauriciens de devenir « plus responsables ».

Munis de gants et de sacs-poubelles, une cinquantaine de participants de la délégation et des États membres de l’UE, dirigée par l’ambassadrice Marjana Sall, s’est portée volontaire pour ramasser des ordures sur la plage publique de Pointe-aux-Sables, jeudi, sous la supervision du Project Rescue Ocean. Ils ont ainsi ramassé des déchets sur le sable et sur l’herbe, à savoir des canettes de boissons, des papiers, des emballages de gâteaux, des plastiques, des boîtes de cigarettes, entre autres. « Les plages de Maurice sont reconnues à travers le monde pour leur beauté. La mer représente aussi une ressource essentielle pour la vie des communautés locales qui vivent de la pêche et du tourisme. De plus, les océans ont un rôle essentiel pour la régulation du système climatique. Ils jouent aussi un rôle central pour notre planète et pour l’humanité. C’est pour cela que les nombreux dangers auxquels les océans font face représentent un enjeu global.

L’Union européenne participera à la prochaine conférence “Our Ocean” et présentera un ensemble d’engagements pour que les océans soient plus propres et gérés de manière durable », a déclaré Marjaana Sall ambassadrice de l’Union européenne. À noter que cette campagne s’inscrit dans la campagne mondiale #EUBeachClean lancée par l’EU à travers le monde, en amont de la prochaine conférence “Our Ocean”, qui aura lieu les 29 et 30 octobre prochains à Bali.