Dans le cadre de la présentation du Budget 2014 ce vendredi à l’Assemblée nationale par le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval, le service de presse du ministère de l’Environnement et du Développement durable a fait le bilan des projets et activités réalisés en 2013. L’élaboration et la publication portant sur la Politique générale, la Stratégie et le Plan d’action du projet Maurice île Durable en sont le projet phare.
Selon le service de presse du ministère de l’Environnement et du Développement durable (MoE & SD), une des plus importantes réalisations du ministère durant l’exercice financier 2013 a été la publication du document portant sur la Politique générale, la Stratégie décennale et le Plan d’action de trois ans du projet Maurice île Durable (MID). Ce document définit l’orientation que doit prendre l’île Maurice pour atteindre l’autonomie énergétique et pour assurer un développement durable en matière de protection de la biodiversité terrestre et marine, de gestion de déchets, de qualité de l’air et de protection de l’environnement de manière générale.
La subvention de Rs 10 000 à 20 000 aux familles pour l’achat de chauffe-eau solaires est parmi les autres réalisations phares du MoE & SD. Le coût de ce projet, financé par le Fonds Maurice île Durable, est de Rs 200 millions.
Les projets découlant du MID Fund sont également à mettre à l’actif du ministère cette année. Ainsi, pas moins de 55 organisations et établissements scolaires, dont 42 écoles BEC, ont reçu des subventions d’un montant total de Rs 38 millions pour l’installation de panneaux photovoltaïques, leur permettant de produire de l’électricité pour leur consommation personnelle. Outre d’assurer leur autonomie énergétique, ce projet permet aux bénéficiaires d’obtenir des revenus en vendant le surplus de leur production au CEB.
D’autre part, dans le cadre du programme de lutte contre l’érosion dans les zones côtières, la réhabilitation des plages s’est intensifiée en 2013. Cela grâce à des travaux de protection qui ont été complétés par le MoE & SD à la plage publique de Poudre d’Or (Rs 17,8 millions) et à Cap Malheureux (Rs 15 M). Des travaux similaires ont commencé en outre sur la plage de Grande-Rivière-Sud-Est (estimation Rs 25 M) et de Quatre-Soeurs (estimation Rs 35 M). Le contrat a été alloué pour la plage publique de Baie-du-Cap au mois d’octobre (Rs 34,4 M). Le design pour les plages suivantes a été reçu : Bain-Boeuf (estimation Rs 32 M), Le Morne (estimation Rs 23 M) et La Prairie (estimation Rs 1,5 M). Les travaux démarreront aussitôt que les contrats auront été alloués.
La distribution de 30 000 plantes médicinales et de 15 000 plantes décoratives dans le cadre du projet Clean and Green Mauritius fait également partie du bilan 2013 du ministère, indique son service de presse. Ce projet a vu la mise en terre de 3 000 plants dans les écoles primaires et secondaires du pays.
2013 a aussi vu la publication d’un rapport, « important », indique le ministère, intitulé National Climate Change Adaptation Policy Framework. Ce dernier explique qu’il s’agit d’un document de base qui aidera le pays à faire face aux impacts du changement climatique pour les vingt prochaines années. Ce projet a pour but d’intégrer le changement climatique dans toute politique ou stratégie de développement socio-économique que le pays sera appelé à élaborer à l’avenir dans des secteurs aussi importants que l’eau, l’agriculture, l’éducation, la santé, le tourisme, la pêche et le logement.
Cette année a aussi vu l’inauguration d’un Climate Change Information Centre situé au siège même du MoE & SD au Ken Lee Tower, à l’angle des rues Barracks et St Georges, Port-Louis. Ce centre, doté des outils informatiques nécessaires, agit comme un guichet unique pour recueillir en temps réel toutes les informations disponibles au niveau mondial sur le changement climatique. Le centre est particulièrement utile aux scientifiques, aux professionnels, tels les ingénieurs et les architectes, mais aussi aux académiciens et aux étudiants du secondaire.
Par ailleurs, une législation sur le changement climatique est en voie de préparation en collaboration avec le State Law Office. En attendant la publication de cette loi, le ministère a formé plus de 2 500 professionnels de divers secteurs sur les impacts et l’adaptation au changement climatique. De plus, dans le cadre du programme de sensibilisation du ministère, quelque 25 000 personnes (ONG, étudiants, organisations de jeunesse, entre autres) ont été sensibilisées sur le sujet par le truchement de causeries, d’ateliers de travail, d’expositions et de Knowledge fairs.