La perte causée dans les vergers par les chauves-souris atteindrait jusqu’à 20%. Certains estiment que la population de ces animaux volants protégés est passée de 50,000 à 80,000 en quatre ans. Le casse-tête reste entier concernant cette espèce à laquelle on attribue de graves dégâts et qui sait se montrer astucieuse pour contourner les pièges et les obstacles. Les uns réclament un contrôle et d’autres militent pour sa protection.
Selon les planteurs particuliers et les grands propriétaires de vergers comme Les Vergers de Labourdonnais, les chauves-souris sont responsables de 10 à 20% des pertes sur les fruits. “Les chauves-souris peuvent détruire jusqu’à 20% des fruits d’un arbre”, avance Deelickchand Sheedeni, qui possède un verger de letchis à Rose-Belle. Mais la Mauritian Wildlife Foundation soutient que les planteurs ont tendance à pointer trop rapidement du doigt la chauve-souris et que leurs estimations ne sont pas fondées. “La perception que la chauve-souris de Maurice cause des dommages importants à la production de fruits n’est pas fondée sur des données scientifiques approfondies. Des études antérieures ont démontré que les pertes de fruits sont aussi causées par le vent et la prédation par d’autres animaux, tels que les rats et oiseaux introduits, comme la petite câteau verte de l’Inde, le condé et le martin.”