Afin de conserver l’environnement marin de Maurice et d’aider au repeuplement des lagons, l’ONG Reef Conservation a initié un projet qui consiste à mettre en place des Zones Marines Volontaires de Conservation dans le lagon. Céline Miternique nous en parle.
L’objectif du projet est d’aider à protéger l’environnement marin en travaillant avec les communautés côtières et toutes les autres personnes qui utilisent et dépendent du milieu marin pour leur subsistance, à l’instar des pêcheurs et des opérateurs touristiques. “Ceci afin de trouver les meilleures pratiques pour maintenir et accroître si possible la santé de l’environnement marin et à utiliser ces ressources marines d’une manière durable”, souligne Céline Miternique. Dans les grandes lignes, cette initiative vise à partager les connaissances locales et scientifiques, de discuter et de trouver ensemble des actions pour la conservation de la vie marine.
Tout a commencé après le succès qu’a rencontré un projet pilote à Roches Noires. En 2012, une étude de faisabilité est lancée dans le lagon d’Anse La Raie. Dans le cadre de cette étude, une formation Ecoguide Marin est proposée à la communauté. “Le concept d’Ecoguide est nouveau à l’île Maurice. Il consiste à former au métier de Guide écologique spécialisé dans l’environnement marin. Cette formation a été conçue à l’origine pour servir d’alternative aux pêcheurs qui font volontairement partie du projet de zone de conservation”, confie Céline Miternique. Elle ajoute que l’objectif est de former des professionnels susceptibles d’organiser une visite guidée avertie de leur région, tout en sensibilisant leurs clients à l’importance de la protection de l’environnement.
Selon Céline Miternique, un aspect très important du projet est l’étude sur la reproduction naturelle des coraux. “Ils se reproduisent sexuellement une seule fois dans l’année. Les larves ont peu de chances de survie si elles ne trouvent pas un support pour pouvoir se fixer et commencer à se développer et grandir. Une fois les résultats analysés, nous pourrons mettre en place des méthodologies pour augmenter la biodiversité et pouvoir agir sur l’état de santé des lagons.”
Céline Miternique tient aussi à préciser que ce projet n’aurait pu être mis en place sans le soutien d’entreprises comme Groupe Attitude Resorts et Princes Tuna Mauritius Ltd, ainsi que le GEF Small Grant Programme du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).