Cela fait un mois depuis que le gouvernement a organisé sa Mega Cleaning Campaign. Une initiative écologique étalée sur trois jours, avec pour but de nettoyer toutes les localités du pays et de conscientiser les Mauriciens à ne pas spolier leur environnement. Un engouement qui n’a malheureusement pas fait long feu, même si les collectivités locales enchaînent les campagnes de récupération d’ordures… Depuis quelque temps, des photos circulent sur les réseaux. Week-End est allé enquêter.

À la rue St-Georges, un tas d’ordures organiques jonchent le sol. À l’entrée de Morcellement Anna à Flic-en-Flac, des ordures en tous genres traînent sur la route, au vu et au su de tous. Sur une page Facebook, un utilisateur a posté la photo de déchets près du phare d’Albion. Avec le temps, le Mauricien s’est accoutumé à ce paysage désolant, voire révoltant, véritable exemple d’incivilité. En effet, malgré les tentatives de faire de Maurice une île propre, les habitants continuent de faire comme bon leur semble. Week-End s’est rendu à Ébène hier pour faire un constat des lieux.

Nous sommes au rondpoint d’Ébène et étonnamment, aucun déchet à signaler. Nous décidons de nous aventurer un peu loin. À quelques mètres de la Gated Community du Bout du Monde, une ruelle, une sorte de cul-de-sac devenue véritable dépotoir. Sur plusieurs mètres, la route, appelée la rue de la Démocratie, est jonchée d’ordures, de vieux réfrigérateurs, de vêtements, de boîtes de pizza… En plus des tas disgracieux de déchets, véritable eye sores, l’odeur est nauséabonde. Nous n’étions pas seuls sur les lieux. En effet, deux autobus s’étaient garés non loin, et en toute indifférence, les chauffeurs faisaient la causette, sans doute habitués à cette scène désolante.

À la rue de la Démocratie, un vieil homme est venu à moto. Avec une cuillère, sans gants ou bottes, il fouille, manipule, et récupère ces objets pourris, rouillés. Outre l’insalubrité des lieux, l’odeur y est également insupportable et pourtant, ce dépotoir à ciel ouvert se trouve au milieu de ce beau quartier d’Ébène. Les services de voirie ne passent-ils donc pas par là lorsqu’ils font leur tournée quotidienne ?