Photo d'illustration

Le gouvernement envisage d’adopter une politique de développement responsable et écologiquement durable. Pour garantir la durabilité et l’investissement responsable, Maurice vise à défendre cette nouvelle politique de développement fondée sur quatre piliers : 1) investir dans l’énergie propre; 2) passer à une île Maurice plus propre et plus verte; 3) atténuer les risques liés au changement climatique; et 4) protéger nos ressources marines. Le gouvernement continuera d’encourager la production d’énergie sans carbone en accélérant le développement des énergies renouvelables pour atteindre 35% en 2025 et 40% en 2030. Des incitations fiscales et des mesures budgétaires seront introduites pour garantir la réalisation de ces objectifs.

On annonce également que le gouvernement continuera de promouvoir la mise en place d’un système photovoltaïque pour les ménages, les PME, les coopératives, les Ong, les petits planteurs et les sélectionneurs. Les entreprises consommant beaucoup d’électricité seront encouragées à créer leur propre parc solaire pour devenir autosuffisantes en électricité. Tout excédent d’électricité produit sera acheté par le Central Electricity Board à un taux garanti, comprenant une marge bénéficiaire pour la société productrice. Le gouvernement encouragera l’utilisation du gaz naturel liquéfié pour la production d’électricité, pour le transport intérieur, pour l’usage domestique ainsi qu’à des fins d’avitaillement éventuelles.

Par ailleurs, un nouveau programme national de nettoyage et de gestion des déchets sera introduit. Il comprendra un mécanisme moderne et efficace de gestion des déchets grâce à la collecte, au tri et à l’élimination planifiés des déchets. Comme Rodrigues a montré la voie dans le domaine de l’interdiction et de la restriction des emballages en plastique à usage unique, ce programme sera étendu à l’ensemble de la République. Le gouvernement s’efforcera de faire de Maurice un pays exempt de plastique dans les délais les plus proches possibles. Un projet centralisé d’incinération des déchets médicaux et cliniques sera également mis en œuvre pour assurer une meilleure gestion des produits toxiques et dangereux.

Conseil national des jeunes

Un conseil interministériel de haut niveau sera créé pour identifier et atténuer les risques liés au changement climatique. Un nouveau projet de loi sur cette question sera présenté. Dans le même souffle, on annonce un conseil national de la jeunesse pour l’environnement, qui sera mis en place sous l’égide du bureau du Premier ministre pour donner aux jeunes la possibilité de contribuer au processus décisionnel. Trois nouvelles forêts endémiques seront créées et celles existantes seront restaurées. Ces forêts seront accessibles pour la randonnée et la marche.

Le gouvernement introduira par ailleurs de nouvelles mesures respectueuses de l’environnement, telles que des normes de construction, et améliorera les infrastructures publiques pour une meilleure protection contre les catastrophes naturelles, telles que les cyclones et les inondations. Parallèlement, des mesures seront prises pour améliorer la gestion des déchets, et ce grâce à la modernisation de ses usines de traitement.
Toujours au chapitre de l’environnement, le gouvernement poursuivra la restauration des plages grâce à un plan national de gestion intégrée. La faune et la flore sous-marines de nos lagons seront rétablies par la plantation de coraux et la culture d’algues. Le gouvernement envisage de délimiter et déclarer des zones marines de conservation supplémentaires, où seules les activités durables seront autorisées. Un projet de loi sur l’administration des rivières et des lacs sera en outre présenté pour une meilleure gestion et protection des rivières et des lacs.