Intervenant jeudi à l’ouverture d’une foire au Gymkhana, à Vacoas, pour marquer la Journée mondiale de l’Environnement, le Premier ministre adjoint et ministre du Tourisme et des Communications externes, Xavier-Luc Duval, a sévèrement condamné « le comportement antienvironnemental des Mauriciens », leur demandant d’être plus responsables envers l’environnement, surtout par rapport à notre politique d’ouverture aux touristes.
Jeter ses déchets par la fenêtre de sa voiture, se débarrasser des déchets encombrants chez le voisin sans se laisser prendre – autant de pratiques antienvironnementales des Mauriciens que Xavier-Luc Duval a sévèrement condamnées jeudi. Il est intervenu à l’ouverture d’une foire organisée par le ministère de l’Environnement, pour marquer la Journée mondiale de l’environnement au Gymkhana, à Vacoas. « Ainsi donc, nous le voyons dans notre vie de tous les jours : les gens ne respectent plus notre belle île », a-t-il déploré. « Il y a aussi la pollution sonore, avec ceux qui ne contrôlent pas leurs chiens qui aboient ; il y a ces bâtiments dégradés qui deviennent des “eye-sores” et ces terrains laissés en friche qui deviennent vite un problème de voisinage et de sécurité. »
Ayant pour responsabilité de faire venir chaque année 1,2 million de touristes, Xavier-Luc Duval a affirmé que ceux-ci visitent notre île parce qu’elle est belle. « Sauf imprévu, le tourisme nous permettra cette année d’engranger Rs 52 milliards. Pouvons-nous nous passer de ce que nous rapporte le tourisme ? Alors, agissons de manière responsable », a-t-il plaidé. Selon lui, le tourisme a quatre aspects fondamentaux : l’attractivité (la beauté de l’île), la visibilité, l’accessibilité (les vols aériens) et la durabilité. « L’attractivité et la durabilité se rapportent à notre produit touristique », a-t-il expliqué.
Xavier-Luc Duval a énuméré les projets entrepris par son ministère pour attirer les touristes : la création des “Boat-Free Zones” dans nos lagons, les campagnes anti-affichage sauvage, notamment celle de “Dekole Pa Kole”, l’installation des poubelles (“Ou Zete Ou TaC”), ainsi que les campagnes de nettoyage. Il a déploré le « manque de supervision » des municipalités, et des Conseils de District en ce qu’il s’agit des campagnes de nettoyage. « Je lance donc un appel urgent pour que ces campagnes soient une priorité. Grâce à la propreté de notre île, les touristes auront une bonne image de nous en tant que société », a-t-il insisté.
Élaborant sur le thème de cette année pour la Journée mondiale de l’Environnement (“Libérez votre instinct sauvage pour protéger la vie – Go Wild for Life”), le ministère de l’Environnement, Alain Wong, a rappelé que ce thème vise à sensibiliser le monde à la nécessité de combattre le commerce illicite de produits issus d’espèces sauvages. Il a révélé qu’en trois ans, une cinquième des éléphants d’Afrique a été décimée ; le braconnage des rhinocéros a augmenté de 9 000 %, avec 1 338 rhinocéros tués en 2015, et 11 à 26 millions de tonnes de pêches illégales. « C’est donc un cri d’alarme qui nous rappelle que la perte d’une seule espèce est une érosion de notre inestimable biodiversité, sur laquelle dépend la vie humaine ! C’est pourquoi une approche de zéro tolérance est nécessaire pour arrêter les crimes contre les espèces sauvages, pour combattre le braconnage et prévenir le trafic. Pour renverser cette tendance, il faut impliquer les communautés dans des activités de conservation et d’écotourisme », a-t-il expliqué.
Alain Wong a ensuite énuméré les projets mis en oeuvre à Maurice pour préserver notre riche biodiversité : la restauration de nos forêts primitives et des cavernes, la plantation de mangroves et la réhabilitation de nos plages affectées par l’érosion côtière, entre autres. Il a rappelé les activités organisées par son ministère dans le cadre de la WED 2016 : lancement du manuel “Basic Course on Sustainable Development : Towards the Implementation of the Sustainable Development Goals”, le dévoilement dimanche du “Monument de l’Environnement et de la mise en terre au Jardin de la Compagnie d’un Arbre de l’Espoir”. « La WED est un rappel pour l’humanité sur l’importance de l’environnement ». L’UN Resident Coordinator, Simon Springett, a de son côté longuement élaboré sur l’importance de la technologie qui vise à atteindre les Objectifs du développement durable.
Cette cérémonie a été marquée par la présence, entre autres, du Cabinet Secretary, Sateeaved Seebaluck, de Lady Sarojini Jugnauth, du Senior Chief Executive, du Permanent Secretary au ministère de l’Environnement, Girish Gunesh, Oomaduth Jadoo respectivement et de Dominique Ng, directrice de l’Environnement. Elle a été précédée par un défilé de voitures de collection, de Majorettes et de la Police Band, du marché de Vacoas jusqu’au Gymkhana.
Cette foire, ouverte depuis hier, permet au public mauricien de prendre connaissance des innovations technologiques et des meilleures pratiques environnementales. Sont en expo-vente les produits eco-friendly, tels que des chauffe-eau solaires, des panneaux solaires, des ampoules économiques, des composteurs, des systèmes de récupération d’eau de pluie, des produits artisanaux, des produits bio agricoles, des plantes médicinales et décoratives, entre autres. Des projets, qui auront été entrepris pour préserver et améliorer notre environnement, seront également exposés. Parmi, des maquettes de travaux de protection côtière, des projets de préservation de la biodiversité, et des projets de consommation et de production durable.