Le Global Environment Fund-Small Grants Programme de l’United Nations Development Programme (GEF-SGP UNDP), en collaboration avec l’ambassade de France, a organisé un débat ce lundi 6 juillet autour des priorités environnementales du pays. Une trentaine de participants ont répondu à l’appel, incluant des membres d’ONG, acteurs du CSR, représentants de ministères, étudiants de l’Université et deux parlementaires.
Le débat organisé par le GEF-SGP de l’UNDP conjointement avec l’ambassade de France a répondu aux attentes. Tenu dans une atmosphère conviviale et dans un environnement interactif et productif, le débat a suscité l’intérêt des participants qui ne se sont pas fait prier pour le faire savoir à la fin de la session. L’initiative a été une réussite, premièrement par le bon nombre de participants présents et deuxièmement par les résultats récoltés. Ils étaient ainsi plus de 30 à avoir répondu favorablement. Parmi les participants, Ian Hookoomsing, Thierry Lebreton ou encore Fabiani Balisson (militants écologistes), Vikash Tatayah de la Mauritian Wildlife Foundation, Sameer Kaudeer de l’ONG Reef Mauritius, Jevin Pillay Ponisamy (représentant du ministère des Finances) ou encore Ezra Jhuboo et Mohamed Osman (parlementaires).
Les résultats escomptés ont pu être récoltés dans les délais prévus puisque les 15 recommandations souhaitées ont pu être développées dans une atmosphère à la fois sérieuse et conviviale. Les cinq thèmes choisis étaient le changement climatique, l’agriculture, les déchets, la biodiversité et l’énergie. Notons que ces recommandations seront rapidement envoyées aux ministères concernés par le COP 21 prévu en France en décembre. Les organisateurs du débat souhaitent qu’elles soient incluses dans le discours du représentant mauricien à ce sommet sur l’environnement.
Pendant deux heures, les participants ont pu partager diverses idées autour de cinq thèmes préalablement choisis, ceci à travers des techniques d’andragogie de prise de décisions en groupe élaborées par l’Université de Palo Alto des États-Unis. Quatre techniques de cette université ont été utilisées. Premièrement le brainstorming en rotation, la prioritisation sans influence, la sélection et la concrétisation. Ces techniques, bien accueillies par les participants, ont permis d’élaborer rapidement et de façon interactive une liste de recommandations répondant aux attentes des organisateurs. À la fin de la session, ce sont 15 recommandations qui ressortent, soit trois par thème.