Maurice est entouré de 49 îlots dont la taille varie de 10 mètres à des centaines d’hectares. Plusieurs se trouvent dans un état déplorable, jonchés de sacs et de bouteilles en plastique. Certains sont en proie à des incendies parce que des pique-niqueurs cuisinent sur place en oubliant d’éteindre le feu. Malgré la mise en place d’un plan de gestion, il semble que tous ces îlots ne sont pas pris en charge comme ils le devraient.
En 2001, le gouvernement mauricien a élaboré un Master Plan pour une meilleure gestion des îlots mauriciens. Des plans de management ont suivi. Sage initiative, compte tenu des nombreuses espèces indigènes et endémiques que certains de ces îlots abritent. À titre d’exemple, l’île Ronde, dont la superficie est de 214 hectares, abrite le Hurricane Palm, qui est en danger critique d’extinction, ainsi que les reptiles que sont le scinque de Telfair ou le Keel-scaled Boa. Il en est de même pour l’île aux Aigrettes sur laquelle sont présents des “bois boeuf”, “bois de chandelle” et divers geckos endémiques. Outre ces deux îles, quatorze autres ont été proclamées Réserves naturelles, ce qui a le mérite de les protéger contre le développement. Le National Parcs Conservation Service (NPCS) a la charge première de ces îlots et a attribué quelques-uns à bail à la Mauritian Wildlife Foundation pour leur gestion, à l’exemple de l’île aux Aigrettes et l’île Ronde.