Le compte à rebours a commencé pour le Bagatelle Mall of Mauritius. Sur le chantier, les ouvriers mettent les bouchées doubles afin que le centre commercial puisse ouvrir ses portes le 29 septembre comme prévu. Mais pas seulement : une deuxième équipe composée majoritairement de femmes, s’attelle à embellir l’espace. Plus de 100 000 plantes, dont un millier d’arbres viendront ainsi compléter le décor, tandis que les bas côtés de la route affichent de belles couleurs vertes et fuschia. Dans peu de temps, Bagatelle sera une vitrine du savoir-faire des artistes de la nature. Car le landscaping, à part d’être une technique, est aussi un art.
À l’entrée du futur Mall of Mauritius, un ficus géant laisse deviner que bientôt à cet endroit, il y aura un espace ombrageux. L’arbre y a été transporté et mis en sol à l’aide d’une grue. Comme c’est le cas pour tous les arbres adultes remis en terre, le ficus a été débarrassé de ses feuilles, afin qu’il ne stresse et meure. Plusieurs professionnels de l’environnement font le va-et-vient à Bagatelle, pour s’assurer que tout se déroule selon les plans.
L’équipe d’ESP Landscapers est le maître d’oeuvre sur les lieux. Après avoir mené avec succès de gros projets d’embellissement comme celui de la Villa Valriche, à Bel-Ombre, elle est à pied d’oeuvre jusqu’à fort tard, sept jours sur sept, afin de s’assurer que le Mall of Mauritius se dévoile aux Mauriciens dans toute sa splendeur. « Nous sommes le dernier maillon de la chaîne », déclare Benoît Mariette, Manager d’ESP Landscapers, filiale du groupe ENL.
Depuis le mois d’avril, l’équipe a fait son entrée sur le chantier. Mais le travail a commencé bien plus tôt. Dans la création de jardin, tout comme pour le paysagisme, il y a d’abord une évaluation de l’espace. Comment est le sol ? Est-ce que le vent souffle fort dans la région ? Quel est le concept du projet dans son ensemble ? Et par-dessus tout, qu’est-ce que le client recherche ? Toutes ces questions sont à prendre en considération avant d’élaborer le plan d’ensemble.
Le bâtiment abritant le Mall of Mauritius a été construit selon l’architecture traditionnelle mauricienne. Il était donc important que l’embellissement épouse ce concept. « La création d’un jardin ou landscaping n’est jamais un projet à part. Il fait partie de l’ensemble du projet », souligne Benoît Mariette. Ainsi, on retrouve sur place, des arbres et fleurs du paysage local, tels le bougainvillier, vieille fille, palmier royal et des espèces endémiques. « Chaque site a une palette d’arbres spécifiques », ajoute notre interlocuteur.
La touche féminine
Deux designers féminins, Cornelia King et Anne-Lise Grobler ont élaboré le plan d’ensemble, sur lequel travaille l’équipe d’installation. Même l’espace parking a sa spécificité. « Chaque zone a un arbre à fleurs de couleur différente. » Plusieurs îlots sont aussi prévus autour de l’aire de stationnement et accueilleront des plantes appropriées.
Les palmiers plantés des deux côtés de l’allée menant au complexe rappellent que nous sommes sur une île tropicale. « De plus en plus, les clients veulent des arbres adultes pour embellir les nouveaux espaces, au lieu d’attendre qu’un arbre grandisse. Mais cela demande une maîtrise particulière, notamment pour le transport, la mise en terre et l’entretien. À l’exemple de ce ficus dont il a fallu enlever toutes les feuilles pour qu’elles ne transpirent pas et dessèchent la plante. »
Sur les ronds-points et les bordures de la route, un travail de fourmi s’opère. Une équipe d’une quarantaine de personnes, en majorité des femmes, redessine ces espaces sous la responsabilité d’Oliver Vaulbert de Chantilly. « Il faut avouer que les femmes ont un finish particulier. C’est la touche féminine », relève-t-il. Bibi Sarifa Chinnadoo est l’une d’elles. Elle vient de Bel-Air Rivière-Sèche pour contribuer à l’embellissement de Bagatelle. Auparavant, elle travaillait à l’usine, ici, elle découvre un autre monde fait de gazon, de fleurs et de vétiver. « Quand j’arrive sur le lieu le matin, je suis fière de voir le travail accompli la veille. Parfois, je n’arrive pas à croire que toute cette beauté vient de nos mains. »
À la périphérie du complexe, le gazon et le vétiver prennent place rapidement pour complètement recouvrir la terre. Avant d’en arriver là, il a fallu préparer le terrain, le remodeler, bien l’irriguer et enfin introduire les plantes. « Sur les terrains en pente, on a planté du vétiver car c’est une plante qui retient le sol et empêche l’érosion. »
Harmonie et respect de la nature
Les espaces donnant sur l’autoroute affichent aussi quelques bougainvilliers de couleur fuschia. L’équipe d’ESP Landscapers a en fait, repris les mêmes plantes qui étaient déjà présentes dans cet environnement. « Il est très important d’harmoniser avec l’ensemble du décor et aussi, planifier pour le long terme. »
Benoît Mariette trouve ainsi dommage que parfois, on plante des arbres en bordure de route, sans prendre en considération que dans quelques années, ceux-ci vont grandir et probablement gêner la circulation. « On doit alors les couper et c’est dommage. Il aurait été mieux de planifier. » Tout en notant que depuis quelques années il y a un effort pour embellir les différents ronds-points sur l’autoroute, il ajoute qu’il aurait été préférable de les harmoniser et ainsi, on aurait eu un décor d’ensemble.
Pour revenir au Mall of Mauritius, le manager d’ESP Landscapers souligne que le décor a été planifié dans le respect de la nature. L’eau usée est recyclée pour servir à l’irrigation, le compost remplace les engrais, le contrôle sanitaire se fait à partir de produits bio et des copeaux de bois sont utilisés pour maintenir l’humidité du sol. « Nous recyclons au maximum. »
Faisant son entrée sur le site, Roux Gerber, manager du Mall of Mauritius, s’arrête pour préciser que l’aspect environnement est partie prenante du projet. « Sur 17 hectares de terre, 6 hectares sont consacrés au landscaping », souligne-t-il.
Benoît Mariette intervient et fait ressortir que dans chaque projet, l’aspect environnemental a un rôle important à jouer. « Les plantes apportent à la fois un cachet esthétique, une sensation de bien-être, une baisse de température et la réduction de bruits. »
Une fois toutes les plantes mises en terre, le jardin de Bagatelle aura pris forme. Mais le travail n’est pas encore terminé. Une autre équipe d’ESP Landscapers prendra alors la relève pour la maintenance. « Nous avons affaire à des choses vivantes. Nous ne pouvons pas les mettre là et partir », rappelle Benoît Mariette. Ainsi, chaque jour, des dames seront aux petits soins pour nourrir et aérer les plantes, afin qu’elles s’épanouissent pour donner vie au Mall of Mauritius.
—————————————————————————————————————————————————————