Le mois dernier, un groupe de 80 volontaires – réunis sous l’appelation « Anou protez nou laplaz de bann mego cigaret » – étaient venus des quatre coins de l’île pour récolter quelque 20 kilos de mégots de cigarettes entre l’hôtel Pearl Beach et celui de Manisa, à Flic-en-Flac. Après ce premier succès, mais surtout prenant conscience de l’ampleur de la situation, les organisateurs ont décidé de remettre le couvert. Cette fois, ils tenteront de poursuivre leur action sur une plus grande superficie. Réunissant de nombreux jeunes, l’initiative a pour but d’éveiller la conscience des citoyens, fumeurs et non fumeurs, sur l’importance de la préservation des plages. « Nous souhaitons faire changer les mentalités. Et c’est à travers les jeunes et les enfants que nous y parviendrons », a indiqué Nadine Ramsamy, une des organisatrices. Cette dernière rappelle d’ailleurs que la présence de mégots sur la plage publique représente un danger non seulement pour le public, mais aussi pour les poissons et les dauphins. « C’est une des causes de mortalité chez les cétacés et les poissons », soutient Nadine Ramsamy. Et d’affirmer que ce type de sensibilisation a déjà vu le jour dans d’autres pays.