Lors d’une visite hier à la Caverne Twilight, située à Plaine-des-Roches, dans le nord-est du pays, le ministre Raj Dayal a annoncé un projet de réhabilitation de 58 cavernes disséminées à travers l’île. Ce projet du ministère de l’Environnement, des Urgences en cas de catastrophes naturelles et de la Beach Authority a pour objectif, entre autres, d’inciter les Mauriciens à les visiter et les préserver pour leur valeur scientifique, utilitaire, récréationnelle, éducative et culturelle.
« Selon le rapport sur les Environmentally Sensitive Areas (ESA) de juin 2009, les cavernes ont des écosystèmes spécifiques intrinsèques et font partie des zones environnementalement sensibles qu’il convient de savoir préserver », a affirmé le ministre de l’Environnement, des Urgences en cas de Catastrophes naturelles et de la Beach Authority, Raj Dayal, qui visitait hier la Caverne Twilight, située à Plaine-des-Roches, dans le nord-est du pays, en compagnie de ses officiers. « Les Mauriciens ignorent l’importance des cavernes et, à cause de cela, ils les polluent et les transforment en dépotoirs ou les obstruent en construisant dessus ! » a déploré le ministre.
Ainsi, selon Raj Dayal, des consultants ont identifié les problèmes auxquels sont sujettes les cavernes mauriciennes : le comblage des entrées ou même de l’intérieur, la décharge de déchets, le vandalisme, l’enlèvement des nids d’hirondelles tout en détruisant les oeufs et tuant les oisillons ou encore la pollution, entre autres. « Des cavernes ont été comblées pour la construction de maisons, à des fins agricoles et servent souvent de dépotoirs de déchets ménagers ou industriels. Dans le passé, par exemple, la Caverne Patate, à Rodrigues, a subi de graves dommages dus à l’activité humaine et l’utilisation de flambeaux pour l’éclairage. Une grande partie des gravures sur la roche a été noircie par la suie. Heureusement que maintenant ces flambeaux sont remplacés par des torches électriques », a-t-il précisé.
Le ministre a annoncé que, par conséquent, dans un premier temps, son  ministère lancera une campagne de sensibilisation auprès des Mauriciens pour leur apprendre la valeur scientifique (géologique et biologique), utilitaire (dont touristique et scénique), récréationnelle, éducative, culturelle et, même, religieuse de ces cavernes. Parallèlement, le ministère de l’Environnement lancera incessamment un projet de réhabilitation de pas moins de 58 cavernes disséminées à travers le pays. « Nous avons déjà réhabilité jusqu’ici les cavernes suivantes : la Twilight Cave (Plaine-des-Roches), la Princess Margaret Cave (Plaine-des-Roches), la Women’s Cave (Roches-Noires), la Pont Bon Dieu Cave (Brisée-Verdière), La Caverne et la Glen-Park Cave », a-t-il précisé.
Raj Dayal a évoqué le Rapport Middleton de 1998 qui avait fait l’inventaire des cavernes de Maurice. « Selon ce rapport, il n’y a pas moins de 117 cavernes à Maurice. Celles-ci sont disséminées un peu partout dans l’île, mais avec une plus forte concentration néanmoins à Plaine-des-Roches, Plaine St-Pierre, Plaines-Wilhems et Nouvelle-Découverte. » Le ministre Dayal n’a pas manqué de rappeler que les cavernes sont protégées par la loi. Ainsi, la décharge des ordures dans les cavernes est interdite par l’Environment Protection Act 2002 tandis que l’enlèvement des nids d’hirondelles est interdit sous la Wildlife and National Parks Act 1993.