Alexis Dittberner

Montrer la beauté de notre île et sensibiliser la population sur le besoin de la protéger, tel est le but du documentaire Mystic Mauritius des frères Damien et Alexis Dittberner. Un projet qui a pris trois ans à être réalisé et qui sera projeté au MCiné de Trianon du 18 au 27 mai. En 85 minutes, le public découvrira des paysages pittoresques et des lieux souvent inaccessibles filmés d’un drone et en parapente.

S’extasier devant l’incessante action des vagues s’écrasant sur le sable fin de la plage du Morne, avec la montagne en arrière-plan. Se délecter d’une vue imprenable sur l’île Ronde et l’île aux Serpents depuis la côte de l’îlot Gabriel. Regarder voler une espèce endémique en danger ayant trouvé refuge sur le flanc d’une montagne difficile d’accès. Admirer le vol majestueux d’oiseaux endémiques et la beauté de la vie sous-marine. Voilà une partie du documentaire Mystic Mauritius, projet des frères Dittberner, Américano-Mauriciens séduits par la beauté sauvage du pays. Une heure et vingt-cinq minutes d’émerveillement qui ramènent à l’essence même de la nature, celle qui était là avant l’homme et qui rayonne toujours de sa splendeur.

                        Damien Dittberner

Un bijou de biodiversité.
“Le film Mystic Mauritius nous montre la beauté magique de l’île Maurice lorsqu’elle était encore un jardin d’Éden, à travers les yeux de ses premiers explorateurs. Ceux-ci découvrirent un bijou de biodiversité, foisonnant d’espèces endémiques et constituant un écosystème unique au monde”, peut-on lire dans le dossier de presse. Ce sentiment de découvrir un nouveau monde, Damien Dittberner l’a ressenti lors d’un camping à Poudre d’Or. Un vrai déclic qui l’a amené à vouloir partager ce sentiment avec toute la population. “Je suis allé camper sur la plage. À un moment, mes yeux se sont posés sur l’îlot Bernache. C’était très beau, l’eau tout autour était claire; c’était une vue magnifique, magique. J’ai imaginé ce que les gens qui ont découvert Maurice ont pu voir à leur arrivée.”

C’est ainsi qu’a germé l’idée de réaliser un documentaire. Embarquer son frère Alexis sur ce projet n’a pas été dur car ce dernier est un passionné de la nature, ayant travaillé longtemps dans le domaine de la conservation. C’est en qualité de photographe et de musicien qu’il a agi sur le tournage de Mystic Mauritius. Les deux frères ont effectué des visites dans des lieux où la nature est reine : la Vallée de Ferney, Ebony Forest à Chamarel, l’île aux Aigrettes, le Coin de Mire et l’île Ronde…

Vibrations spéciales.
L’un des objectifs du projet est de montrer la beauté du pays. L’autre facette de ce documentaire est de sensibiliser sur ce fragile écosystème. “C’était important pour nous de sensibiliser la population, rappeler que beaucoup d’espèces endémiques sont en danger d’extinction. On s’est rendu compte que beaucoup de personnes ne sont pas au courant. Il y a des vibrations spéciales dans ces endroits-là. Penser que ces plantes-là se sont développées toutes seules pendant des millions d’années est fantastique. J’adore les plantes mauriciennes”, confie Damien Dittberner.

S’il en est à son premier documentaire, Damien Dittberner n’en est cependant pas à ses premiers pas comme réalisateur. En 2015, il a présenté Boutik, un court-métrage. Il a également eu l’occasion de faire partie de grandes productions, notamment pour le film Serenity, tourné récemment à Maurice, où il agissait comme assistant du producteur. Mais aussi aux États-Unis, où il a travaillé avec de grands cinéastes et producteurs dans le cinéma et dans la publicité.

Les belles images du documentaire sont accompagnées de la voix off d’Anouchka Massoudy, qui décrit et donne des informations utiles en kreol. Celles-ci sont sous-titrées en anglais. La bande sonore totalement originale porte la signature d’Alexis Dittberner, dont certains morceaux inspirés des endroits que l’on peut voir dans le documentaire.
Mystic Mauritius sera projeté au MCiné de Trianon du vendredi 18 au dimanche 27 mai à 19h. Le billet d’entrée est fixé à Rs 200. Les réalisateurs souhaitent ensuite le projeter dans les écoles, l’envoyer dans des festivals et le sortir en DVD.