L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) vient de rendre public son classement de la qualité de l’air dans le monde. Maurice se retrouve à la deuxième place derrière l’Estonie et devant le Canada.
Malgré les autobus fumigènes, l’air qu’on respire à Maurice est de bonne qualité. Du moins, il est meilleur que dans beaucoup de pays, notamment l’Australie et le Canada. C’est ce qu’estime l’OMS en s’appuyant sur sa base de données provenant de plus de 1 000 villes dans 91 pays.
Dans ses lignes directives sur la qualité de l’air, l’OMS invite les gouvernements à réduire la pollution atmosphérique, responsable de nombreux décès à travers le monde. Selon cette instance internationale, plus de deux millions de personnes, dont des prématurés, meurent chaque année après avoir inhalé des particules fines présentes dans l’air intérieur et extérieur.
Présentant l’évaluation de la qualité de l’air mondiale, la directrice de l’OMS, le Dr Maria Neira, a invité une nouvelle fois les pays à réduire le « fardeau » que représente la pollution atmosphérique sur la santé. « Si nous surveillons et gérons adéquatement l’environnement, nous pouvons réduire considérablement le nombre de personnes souffrant de maladies respiratoires et cardiaques et du cancer du poumon. »
Contrairement à l’idée reçue, l’air est aussi pollué à l’intérieur qu’à l’extérieur. Divers produits comme les solvants, les décapants, la peinture ou l’oxyde d’azote provenant des brûleurs au gaz sont potentiellement nuisibles à la santé.
L’OMS a également établi un palmarès des 10 villes les plus polluées au monde. Quatre se trouvent en Iran, deux en Inde, deux au Pakistan, une en Mongolie et une au Botswana.
Les voitures à haute émission de carbone ainsi que les usines et centrales électriques ne correspondant pas aux normes expliquent cette situation dans les pays concernés.