Le groupe RAFAL, le syndicaliste Atma Shanto et le Forum Citoyens libres (FCL) ont manifesté devant le ministère de l’Environnement ce matin pour protester contre la construction d’un hôtel sur la plage de La Cambuse. Les manifestants souhaitent que le ministre Raj Dayal mette un terme à ce projet du groupe Currimjee.
« La plage de La Cambuse, une des dernières plages toujours à l’état sauvage, est menacée par le gouvernement, qui cherche à y faire construire un nouvel hôtel », déclare le groupe RAFAL. Les manifestants souhaitent rencontrer le ministre de l’Environnement Raj Dayal pour qu’il « rectifie le tir » afin de garder cette plage publique. « Nou pa dakor ek proze La Cambuse », déclare Atma Shanto. « Sa laplaz-la se enn bann sel laplaz dan le Sid ki publik gagn enn akse fasilman ». Selon lui, l’intervention du ministre Dayal « est plus que nécessaire pour stopper la diminution de plages pour les Mauriciens ». D’ailleurs, Atma Shanto demande qu’il y ait une révision du rapport d’Environment Impact Assessment. « Nous cherchons à ce qu’il y ait de la transparence dans le dossier de la plage de La Cambuse. »
Un officier du ministère de l’Environnement s’est engagé à établir un dialogue avec les manifestants en organisant une rencontre avec Raj Dayal d’ici une semaine. Une visite des lieux sera également effectuée dans les plus brefs délais pour décider de la marche à suivre. Notons toutefois une divergence d’opinions entre les manifestants : alors qu’Atma Shanto et RAFAL sont catégoriquement contre tout projet de développement sur cette plage, Georges Ah-Yan, du FCL, souhaite pour sa part que seule une partie de la plage soit utilisée par l’hôtel.