Une semaine après la confirmation de l’épidémie de fièvre aphteuse à Rodrigues et de la présence des premiers signes du virus dans des fermes à Maurice, les autorités vétérinaires et le ministère de l’Agro-industrie ne veulent prendre aucun risque inutile par rapport à la contamination du cheptel local. En effet, outre l’abattage de 355 têtes de bétail dans deux endroits différents, soit Vallée-des-Prêtres et Richelieu, de strictes mesures de contrôle ont été mises en place, et non des moindres. Dans l’immédiat, la saison de la chasse aux cerfs sera ainsi interrompue pour trois semaines en vue d’éliminer les risques de transmissions du virus aux troupeaux de cervidés. D’autre part, les mouvements entre fermes, notamment en ce qui concerne la distribution de fumier ou encore la pratique de “Zero Budget Natural Farming”, ont été interdits pour six mois à Maurice. À Rodrigues, l’épidémie continue sa progression avec 60 nouveaux cas avérés ce matin, portant le nombre à 549 jusqu’ici, alors que 132 fermes sont désormais classées comme étant infectées par ce virus hautement contagieux. Dans la journée d’hier, 233 nouvelles têtes de bétail ont été abattues à Rodrigues, le chef commissaire de l’Assemblée régionale de Rodrigues, Serge Clair, s’évertuant à réconforter la communauté des éleveurs de l’île en faisant comprendre que seules les bêtes infectées sont abattues. Avec l’arrivée ce soir de quelque 10 000 doses de vaccin, les autorités à Rodrigues se disent confiantes qu’avec le début du programme de vaccination à partir de ce week-end, la tendance pourrait changer.
À Maurice, la cellule de crise au ministère de l’Agro-industrie continue à assurer le “monitoring” de l’évolution de la fièvre aphteuse sur le terrain. Avec l’abattage des 355 têtes de bétail à Vallée-des-Prêtres et Richelieu en provenance de Rodrigues, l’on ne prévoit pas pour l’instant d’autres cas de “culling of animals”. Mais les 19 fermes identifiées lors du programme de dépistage de visu depuis la semaine dernière restent sous surveillance. Dans une tentative de redoubler la vigilance sur le terrain, la Société des Chasseurs de Maurice a pris la décision d’interrompre pour trois semaines la saison de la chasse aux cerfs, et ce dans le but de réduire les risques que le virus soit introduit de manière inopinée parmi les troupeaux, avec les mouvements d’hommes dans les terrains de chasse, le temps de s’assurer d’un risque zéro.
En marge de cette mesure appliquée volontairement par la Société des Chasseurs de Maurice en pleine saison, le ministère de l’Agro-industrie est venue de l’avant avec deux interdictions aux éleveurs et aux planteurs pour les prochains six mois. Le “Zero Budget Natural Farming”, avec la bouse de vaches utilisée en tant qu’intrant dans les cultures vivrières, devra être discontinué sur le champ. D’autre part, il ne sera plus possible pendant les six prochains mois d’effectuer la distribution de fumier de bétail d’une ferme à une autre, en vue toujours de réduire les risques de propagation. Le ministère de l’Agro-industrie, qui compte sur la collaboration des éleveurs et des planteurs, embrigadera les services de la police pour s’assurer que ces interdictions soient respectées.
De son côté, le ministre de tutelle se rend à Rodrigues en cette fin de journée et passera le week-end à dresser un constat des lieux. Mahen Seeruttun aura demain matin, à Citronnelle, une séance de travail plénière avec le chef commissaire de Rodrigues, entouré des autres commissaires et des membres de la cellule de crise. Serge Clair prévoit de brosser un tableau de l’évolution de l’épidémie de fièvre aphteuse à Rodrigues et des mesures prises par les autorités régionales. Dans la journée d’hier, 233 bêtes additionnelles ont été abattues par la Culling Squad, comprenant des membres de la Special Mobile Force et des officiers des services vétérinaires. Soixante nouveaux cas avérés ont été enregistrés, le nombre de fermes affectées atteignant 132, soit trois de plus qu’hier.
Avec la réception d’une première cargaison de 10 000 doses de vaccin ce soir, le programme de vaccination devra être entamé à partir de ce week-end. Les bêtes dans les parcs de Delovert, Gravers et celles des Breeding Stations de Baie-Topaze et de St-Gabriel, devront être vaccinées en premier. Le conseil exécutif de l’Assemblée régionale de Rodrigues prévoit de passer une nouvelle commande de 20 000 doses à partir de mardi prochain. Intervenant à la radio en cette fin de semaine, le chef commissaire a voulu être rassurant devant l’épreuve que traversent la communauté des éleveurs et Rodrigues dans la conjoncture. « En tant que chef commissaire et commissaire à l’Agriculture, je me sens concerné par cette situation. Nous avons pris les décisions qui s’imposent en vue de lutter contre cette épidémie et tenter d’enrayer sa progression », a-t-il déclaré en citant les différentes mesures prises, dont un budget de Rs 35 millions pour la compensation des éleveurs affectés.
« Nous n’avons d’autre choix que d’abattre les têtes de bétail contaminées par l’épidémie. Je vous donne la garantie qu’une fois que l’élevage ne sera plus en danger et que cette épidémie sera éliminée, nous reviendrons vers vous pour élaborer une stratégie de relance de l’élevage. Mo gouvernman rezional pou met tou bidze ki bizin a zot dispozisyon pou ed zot redemare », a soutenu le chef commissaire, en mettant l’accent sur l’importance de l’agriculture et l’élevage au sein de l’économie rodriguaise.