Ackbar Goolamgoskhan, un habitant de Triolet, âgé d’une quarantaine d’années, accusé d’avoir immolé son épouse Zarina Goolamgoskhan, qui avait 24 ans, a été condamné hier à 13 ans de prison par le juge Benjamin Marie Joseph, siégeant aux assises. Le juge est revenu sur les circonstances de ce drame et la gravité du délit du quadragénaire commis sur nul autre que son épouse. À l’ouverture du procès devant les assises, il avait plaidé non coupable. Et alors que son procès devait se dérouler devant un panel de jurés, il avait contesté la représentation de ces derniers.

Son homme de loi, Me Rama Valayden, évoquait un manque d’informations quant aux critères de sélection et remettait en question la manière dont les jurés sont choisis, estimant qu’il devrait y avoir plus de transparence. Lors des débats, il avait même prévu d’appeler comme témoins le directeur de la Commission électorale ainsi qu’un représentant de Statistics Mauritius. Cependant après des négociations auprès du bureau du DPP, l’accusé avait plaidé coupable sous une charge réduite de “Wounds and blows causing death”. Cinq témoins avaient été appelés dans le cadre du procès. Les faits remontent au 28 novembre 2013.

Ackbar Goolamgoskhan avait été arrêté par la police à la suite de la plainte déposée par son épouse alors qu’elle était entre la vie et la mort sur son lit d’hôpital. Dans sa version des faits, elle avait soutenu que le jour des faits, une violente dispute avait éclaté entre elle et son époux. Elle avait indiqué que ce dernier avait, par la suite, aspergé de l’alcool sur ses vêtements avant d’y mettre le feu.

Elle devait rendre l’âme quelques jours plus tard. Ackbar Goolamgoskhan était défendu lors du procès par Me Rama Valayden et Me Ridwaan Toorbuth. La poursuite était représentée par Mes Raj Baungally et Rubesh Dawoodarry.