Le président de l’Equal Opportunities Commission (EOC) Brian Glover a indiqué que depuis que la commission est entrée en opération, « elle a enregistré en moins d’un an 580 plaintes et commencé à travailler sur 380 d’entre elles ». C’était lors d’une conférence de presse en son siège à Port-Louis la semaine dernière dans le cadre du lancement de Guidelines for employers. M. Glover estime que « Maurice est un pays et pas encore une nation ». 40 % des plaintes reçues à Maurice, soutient-il, sont de nature politique ou communautaire.
Commentant le travail effectué par la commission, son président l’estime fort louable puisque l’équipe est relativement restreinte. Il constate que 40 % des cas enregistrés pour Maurice sont liés à la politique ou à l’appartenance communautaire alors qu’à Rodrigues, ils sont surtout liés à la politique.
Brian Glover indique que selon les dernières statistiques, 22 % des plaintes enregistrées sont liées à l’appartenance communautaire et 19 % sont de nature politique. « Nous constatons une forte politisation et communalisation du système », affirme-t-il.
Le président Glover, qui rentrait d’une visite de Rodrigues, est d’avis qu’il n’y a pas de problème lié à l’appartenance ethnique mais plutôt une forte politisation du système. « C’est extrêmement politisé », affirme-t-il. Alors que la première campagne lancée à Rodrigues avait pour slogan « Rodrigues aux
Rodriguais », aujourd’hui il est « Rodrigues à tous les Rodriguais ».
Selon lui, il y a un gros travail à faire au niveau de la sensibilisation des populations concernant l’égalité des chances. Le président de l’EOC trouve néanmoins encourageant les résultats après les campagnes menées par la commission, d’une part en se fondant sur le nombre de plaintes enregistrées et d’autre part, sur la nature de ses plaintes et l’évolution en un an. « Nous avions constaté au début qu’entre 43-45 % des cas rapportés ne tombaient pas sous la commission et aujourd’hui, ce pourcentage est ramené à 30 %. C’est encourageant. Sa montre ki mesaz pe pas bien », dit-il.
Le président de l’EOC a souligné que la commission compte organiser une conférence en septembre. En marge de cette manifestation, des activités sont prévues à plusieurs niveaux, dont un concours de dissertation ayant pour thème « L’égalité des chances : mythes ou réalités », à l’intention des scolaires. Selon lui, « pour construire l’avenir, il faut regarder à travers les yeux des jeunes. Nous avons beaucoup à apprendre d’eux ». Un concours d’art sera aussi lancé.
Brian Glover indique que Rodrigues et Agalega sont aussi concernés par ces activités et invitent les jeunes à y participer.
Des compétitions sportives seront aussi au programme en marge de la conférence. La commission compte poursuivre des campagnes de sensibilisation et invite les Mauriciens à venir de l’avant s’ils se sentent lésés dans leurs droits. « Cela prendra du temps avant qu’on ait une société égalitaire, affirme le président de l’EOC. On ne peut pas changer les choses du jour au lendemain, mais il faut que tout le monde joue le jeu ». Selon lui, avec « un citoyen isolé du centre névralgique de décision, on ne peut pas construire une nation. Si on a de la bonne volonté, on changera les choses », soutient-il.
Dans le but de s’assurer de l’égalité pour tous de se faire employer par une entreprise, d’avoir les mêmes chances que ses collègues d’avoir des promotions et bénéficier des formations, la commission invite les employeurs à élaborer leur propre « Equal opportunity policy ». Un document à préparer, en conformité à l’Equal Opportunities Act (EOA), en se fondant sur les Guidelines for Employers, lancées la semaine dernière. Il concerne les employeurs privés, publics ou semi-gouvernementaux employant au minimum dix personnes. La commission suggère, dans la mesure du possible, que l’entreprise ait un EO Officer pour s’assurer de l’égalité des chances. « C’est une obligation pour chaque employeur de préparer ce document », souligne M. Glover. La date limite est fixée au 31 juillet.
Brian Glover a aussi eu un mot spécial pour l’ancienne secrétaire de la commission Bilkiss Cader-Rajabally qui, selon lui, « a fait un travail formidable dans l’ombre ». Le Principal Assistant Secretary Youdhisteer Munbodh a succédé Mme Cader-Rajabally à ce poste.