Philippe Burckel, vainqueur de l’édition 2011 du World Jumping Challenge, met son titre en jeu ce week-end. Le cavalier, qui ira disputer les World Jumping Finals dans trois semaines à Caracas au Venezuela, aura fort à faire avec trois adversaires, dont son plus farouche concurrent, Louis Regnard.
Clothilde Jauffret, présidente de la Fédération mauricienne de sports équestres (FMSE), souligne que toute la logistique est en place pour l’événement. Mary Binks, juge de la Fédération équestre internationale (FEI), est déjà sur place. « Elle est aussi course designer : elle peut donc nous aider à définir le parcours », explique Clothilde Jauffret.
Cette année encore, la FMSE a choisi de faire confiance au Centre d’équitation du Nord (CEN). C’est d’ailleurs le seul club équestre qui possède une carrière aux normes de la FEI. Pour la petite explication, la surface de compétition doit faire un minimum de 65 m x 45 m. Particularité : les parcours seront les mêmes dans tous les pays. « Il n’y aura aucune différence dans les carrières. »
Après avoir chapeauté cette compétition pendant quatre ans, l’organisation peut désormais mieux gérer les imprévus. « C’est la quatrième année que nous allons au CEN pour cette compétition. Je pense que, désormais, on est mieux rodés », avance la présidente de la FMSE.
Pour revenir à la compétition, ils seront 26 cavaliers à se disputer les titres en catégories A, B et C, soit 15 en C, sept en catégorie B et seulement quatre chez l’élite (A). On suivra avec une attention particulière la performance de ces derniers. Philippe Burckel, détenteur du titre, tentera donc de faire de son mieux pour retenir son bien. Mais attention ! Derrière lui, on retrouve Sabine Merle, de retour après une assez longue absence, Louis Regnard et Gérard Crepet.
Entre Regnard et Burckel, c’est une année à moi, une année à toi. Si Burckel a gagné le championnat en 2011, Louis Regnard a dû se contenter de la ligue. Par contre, en 2010, c’était l’inverse. Regnard était sacré champion national, alors que Philippe Burckel se contentait de la ligue.
Alors, ce duel vient à point nommé entre les deux cavaliers, de loin les meilleurs de leur génération. À la clé, il s’agira pour l’un de confirmer que sa place aux World Jumping Finals n’est pas due au hasard, pour l’autre de montrer qu’il peut lui aussi se qualifier pour un tel événement.