L’équipe mauricienne a decroché l’or face au pays hôte

L’équipe mauricienne d’équitation est rentrée au pays avec deux médailles à l’issue des Jeux d’Afrique de la Jeunesse (JAJ) qui se sont déroulés en Algérie récemment : l’or par équipe et le bronze en individuel remporté par Margaux Kœnig. Du haut de ses 18 ans, cette dernière a également été sélectionnée pour les prochains Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) qui se tiendront du 6 au 18 octobre en Argentine. La délégation locale avait fait le déplacement en Algérie en compagnie de l’entraîneur du Centre équestre de la Louisa, Estelle Chane.

La compétition n’était pas donné face au Maroc, à l’Égypte et l’Algérie principalement. Toutefois, Maurice a su tirer son épingle du jeu en réalisant un sans-faute en équipe. Estelle Chane soutient que la différence de culture équestre se faisait ressentir durant la compétition. « Nous étions confrontés à des nations dotées d’une culture équestre plus importante que chez nous et c’est ce qui rend la victoire encore plus belle. Le niveau des coureurs sur place, qui plus est de renom international, était très élevé. Cela n’a pas intimidé l’équipe, qui a su gérer la pression en restant soudée. J’avais confiance en mes cavaliers. D’ailleurs, nous sommes la seule équipe sur sept à s’en être sortie avec zéro point de pénalité. La médaille d’or par équipe est la plus belle médaille car elle signifie beaucoup de choses. » Estelle Chane avait la tâche de bien répartir les chevaux, loués sur places, à ses cavaliers.

« Après le tirage au sort, nous avions eu deux jours avant la compétition pour nous entraîner un peu avec les chevaux. J’ai dû juger en fonction de la taille des cavaliers et d’autres critères le cheval qui conviendrait le mieux à chacun », indique-t-elle. Elle ajoute que toute l’équipe est restée concentrée sur son objectif afin d’obtenir cette première médaille d’or africaine. En effet, l’équipe nationale était composée de quatre cavaliers, deux filles et deux garçons. Après les deux premières manches où Maurice menait, le pays hôte a pu égaliser. C’est en réalisant un sans-faute face à l’Algérie après le passage de la dernière cavalière, qui était d’ailleurs Margaux Kœnig, que les Mauriciens ont pu savourer leur victoire. Le podium était complété par le Zimbabwe. « C’est une grande fierté pour moi d’avoir atteint ce résultat avec une équipe formidable. Cette compétition est également une nouvelle occasion de se remettre en question, car c’était une rencontre formatrice. Nous avons également eu des moments très forts en émotion », confie Estelle Chane.

Un rêve

Pour Margaux Kœnig, cette expérience restera gravée dans sa mémoire. Être en compétition face aux trois meilleurs cavaliers d’Afrique et parvenir à remporter une médaille pour Maurice est un rêve accompli. « C’était un très beau concours. Je ne m’attendais pas à être troisième au niveau africain devant des cavaliers qui réalisent des sauts d’obstacles allant jusqu’à 1,45m. De plus, nous n’avons pas les mêmes facilités en termes d’infrastructures, par exemple. Pour moi, c’est une récompense aux nombreux sacrifices que j’ai dû faire pour y arriver », souligne-t-elle. L’équitation est une passion qu’elle nourrit depuis assez jeune. Ce sont ses deux grands-pères Maurice Marechal et Roger Koenig qui l’y ont initiée durant le week-end, comme loisir en famille. Toutefois, il y a quatre, Margaux Koenig en a fait une affaire sérieuse en commençant de vrais entraînements et en participant aux compétitions.

Pour en revenir aux derniers JAJ, elle soutient que l’adaptation avec son cheval s’est faite assez rapidement. « Nous avions eu seulement deux sessions de 30 minutes avec notre cheval avant la compétition. Cela ne m’a pas perturbée car j’ai l’habitude de monter à des chevaux différents. Un cavalier doit pouvoir gérer cela », explique-t-elle. Elle ajoute que la seule chose qu’il fallait régler assez vite était la canalisation de l’énergie de son cheval. Pour y arriver, il y a deux aspects importants sur lesquels il fallait travailler : « créer une relation de confiance avec son animal et, en même temps, s’imposer suffisamment pour lui faire comprendre que c’est moi qui dirige. »

L’un de ses plus beaux souvenirs des JAJ demeure son passage pour l’équipe mauricienne, décisif pour remporter l’or. « La pression était énorme, mais au fond de moi, je savais que nous allions la remporter. Il y avait une très forte émotion pendant et juste après mon passage. Tous les Mauriciens ont crié dès que j’ai pu traverser la barre et ils ont tous chanté l’hymne national. C’est un moment que je n’oublierai jamais », raconte celle qui a aussi remporté la médaille de bronze en individuel.

Margaux Kœnig fait partie d’une sélection qui sera présente aux JOJ. Elle s’en va d’ailleurs le 26 du mois courant en Algérie pour un stage de deux semaines avec ceux qui seront ses coéquipiers. « En Argentine, le niveau sera encore plus élevé et je me donnerai à fond. Mon déplacement en Algérie sera dans un premier temps pour créer un bon esprit s’équipe avec les autres cavaliers que je connais déjà. » Pour Estelle Chane, les deux prochains objectifs de l’équipe sont les prochains Jeux des îles 2019 et la formation de la relève pour les prochains JAJ.