Kim Gueho a accédé à la présidence de la Fédération mauricienne de sports équestres (FMSE) à l’issue de l’assemblée générale élective qui s’est tenue hier dans les locaux du Comité olympique mauricien (COM) à Port-Louis. Elle succède à Clothilde Jauffret, qui a passé huit ans à la tête de l’instance équestre.
Kim Gueho, ancienne secrétaire générale de la FMSE, parle des défis qui l’attendent pour les quatre prochaines années. « Nous devrons veiller à créer une élite et à la maintenir », avance la nouvelle présidente. Sa tâche est cependant facilitée par l’émergence du spécialiste de saut d’obstacles Philippe Burckel et le voltigeur Lambert Leclézio, qui ont réalisé des performances d’ordre mondial. « Mais l’élite ne sera pas le seul moteur de développement. Nous allons aussi travailler à la base. »
La nouvelle présidente est toutefois consciente que le travail qui reste à abattre sera colossal. « Les résultats que nous avons obtenus pendant ces dernières années ne sont pas arrivés en un jour. Il a fallu la collaboration de tous les partenaires », souligne-t-elle en remerciant le ministère de la Jeunesse et des Sports, le Comité olympique mauricien et les différents sponsors.
À ce jour, la FMSE compte un peu plus de 400 licenciés. Un nombre que la nouvelle présidente voudrait voir croître. « Ce sera également un des objectifs de la FMSE. Mais nous aimerions aussi faciliter l’accès aux sports équestres à un plus grand nombre de personnes. »
Autour d’elle, Kim Gueho retrouve ses camarades de l’ancien comité. Clothilde Jauffret sera la secrétaire générale, Martine de Froberville occupera toujours le poste de trésorière. Elles seront assistées de Laura Lagesse et Brigitte Koenig respectivement. Quant à Kim Gueho, elle aura pour vice-président Guillaume Chasteau. Priscille Wiehe et Sébastien Poupard sont, eux, membres élus. La présidente ainsi que tous les autres membres ont été élus à l’unanimité. « Par contre, nous avons passé beaucoup de temps sur les comptes. Maintenant, nous allons nous concentrer sur l’avenir. »
De son côté, Clothilde Jauffret parle d’un bilan assez riche. « Pendant ces huit années, nous avons travaillé en équipe. C’est cela le plus important », note-t-elle. C’est sous sa présidence que le nombre de licenciés a connu un bon en avant. « Mais nous ne nous contenterons pas de ce nombre. Il faut faire connaître la discipline. » Et à Kim Gueho de conclure par un petit clin d’oeil à Clothilde Jauffret. « Je voudrais dire merci à Clothilde de rester encore quelques temps à la fédération. »