Les délégués des différentes fédérations nationales d’équitation qui se sont rendus le week-end dernier à Harare, au Zimbabwe, ont pris la résolution de relever le niveau de l’équitation africaine. C’est du moins, ce qui ressort de cette réunion avec les autres pays de la zone IX de la Fédération équestre internationale (FEI).
« Tous les pays sont d’accord pour dire que l’Afrique est un peu le parent pauvre de l’équitation », explique Kim Gueho, secrétaire de la Fédération mauricienne de sports équestres (FMSE). « Il y a beaucoup de pays qui n’ont pas dépassé leur meilleur niveau, bien qu’ils soient actifs », souligne Kim Gueho. Maurice, par exemple, en fait partie. « Nous sommes restés sur la barre à 1,20m, comme dans beaucoup d’autres pays africains. »
Donc, la meilleure solution était de trouver les moyens de dépasser cette barre quasi mythique. « Il y a une entente entre les pays d’Afrique. Mais pour cela, nous avons besoin de la FEI », indique Kim Gueho.
L’autre sujet abordé lors de l’AG de la zone IX était le manque de mouvement des chevaux. Il faut savoir que les chevaux, en Afrique, peuvent difficilement voyager. « Nous parlons ici de chevaux sportifs, pas des chevaux de course », précise la secrétaire de la FMSE.
Ces difficultés pourraient cependant disparaître avec un protocole que la FEI souhaite mettre en place avec l’Organisation mondiale de la santé animale. « La FEI va émettre des propositions en ce sens. » On attendra donc les recommandations des deux instances mondiales pour savoir si les mouvements de chevaux sur le plan africain seront facilités.
Dans un autre temps, la présence des pays aux événements de la FEI a également été discutée. Maurice fait partie des 13 pays les plus actifs d’Afrique. On y retrouve également l’Afrique du Sud, le Botswana, le Malawi, le Sénégal, le Zimbabwe, Madagascar et l’Éthiopie, entre autres.
Par ailleurs, le Club d’équitation du Nord tiendra, à partir de ce matin, un concours de saut d’obstacles pour les cavaliers âgés de 8 à 16 ans. Le concours débutera à 9h30 pour prendre fin vers 15h. 80 participants s’y sont inscrits.