Le MMSD a fait part hier après-midi de sa prise de position sur l’actualité politique, tout en présentant une partie de son programme en vue d’une meilleure démocratie participative. « Nou pann rant dan tou deba », a affirmé Eric Guimbeau, ne voulant pas s’attarder sur les « drames politiques » au sein du gouvernement. Quant à la question de la réforme électorale, le leader du MMSD explique avoir été présent tout au long des débats sans pour autant prendre parti. « Mem si pa tann nou, nou prezan ». Par ailleurs, il s’est dit heureux « qu’un fils du sol puisse présenter sa candidature aux élections en tant que Mauricien », en soulignant son opposition au Best Loser System : « Un député parlementaire est un élu du peuple et doit défendre l’intérêt du Mauricien ».
« Le programme du MMSD est en cours de préparation », a déclaré Eric Guimbeau. « Croire et oser » serait le slogan du programme de cette formation politique qui cherche à lutter pour la justice sociale et le partage. C’est dans cette optique que le leader du MMSD prépare des propositions pour sa participation à l’exercice budgétaire. Dans la foulée, ce dernier a remercié le secrétaire financier, en ajoutant croire « dans la démocratie participative ».
Le programme annoncé se rapporte à plusieurs secteurs dont la santé, l’agriculture, la pêche et l’éducation. Le MMSD se penche sur l’industrie cannière qui serait en chute à cause de la baisse d’activités des planteurs. En ce sens, ce parti propose une « diminution de 10% du ‘meaning fee’ et une augmentation du prix de la mélasse et du bagasse pour un certain rééquilibrage dans le secteur ». Et d’en appeler aux planteurs de canne à sucre : « Pa dekouraze ».
Concernant le secteur de la pêche, Eric Guimbeau souligne une nécessaire  « prise de conscience » de la part du gouvernement. Il estime également que les pêcheurs devraient pouvoir profiter des facilités que proposent le CSR. Tout en faisant un appel au ministre Von Mally, le MMSD s’est appesanti sur le métier à haut risque qu’est la pêche. Ce parti encourage à « pran kont bann peser » en termes de facilités financières et de coopération avec le gouvernement. Eric Guimbeau a également insisté pour qu’il y ait une transparence accrue au niveau du Fishermen Welfare Fund et que les sanctions pour la pêche illégale soient plus sévères.
Abordant l’aspect politique au sein de la municipalité de Curepipe, Eric Guimbeau explique que malgré le remue-ménage gouvernemental, le Mouvement Mauricien Social-Démocrate (MMSD), représenté par le maire de Curepipe, Mario Bienvenu, ne cesse de travailler en étroite collaboration avec les conseillers PTr et PMSD. D’ailleurs, le leader du parti a tenu à remercier les conseillers municipaux pour le travail accompli jusqu’à présent.
Le  MMSD souhaite aussi que l’on attribue davantage de prérogatives au Financial Services Commission et que l’on institue un Coordination Committee regroupant toutes les agences luttant contre le crime financier.